La mutation à petits pas de Casablanca: 200 millions de dirhams pour le projet Errahma de Dar Bouazza

La mutation à petits pas de Casablanca: 200 millions de dirhams pour le projet Errahma de Dar Bouazza

Plus d’une année et demie après le discours royal où le Souverain reprochait aux élus de Casablanca leur gouvernance de la ville, le nouveau visage de la métropole commence à prendre forme. Après le réaménagement de la gare Casa Port plus tôt cette année, le conseil de la région du Grand Casablanca vient d’approuver vendredi une série de conventions s’inscrivant dans le plan de développement du Grand Casablanca.
Ainsi, lors de cette dernière session ordinaire, le conseil de la région a examiné puis approuvé une convention de partenariat pour le financement du projet de réhabilitation de la zone Errahma, dans la commune urbaine Dar Bouazza. Ce projet, dont la mise en place devrait prendre 30 mois, prévoit la réhabilitation entière de cet endroit, pour une enveloppe budgétaire de 200 millions de dirhams.
La première phase du projet comprendra l’élaboration d’études techniques pour le projet, la réhabilitation des infrastructures routières, la maintenance du réseau d’éclairage urbain, le pavage des avenues et des rues, mais également la création d’espaces verts.
Sur le volet financement, cinq entités se partageront les charges de ce projet.
Le ministère de l’intérieur à hauteur de 45 millions de dirhams, le ministère de l’habitat et de la politique de la ville 60 millions de dirhams, le ministère de la jeunesse et des sports 15 millions de dirhams, le conseil de la région du Grand Casablanca 45 millions de dirhams et enfin la société Idmaj Sakane (société de développement local détenue par la ville de Casablanca et spécialisée dans le recasement des bidonvilles) pour une enveloppe de 35 millions de dirhams.
Une autre convention approuvée vendredi par les élus de la région concerne la responsabilité écologique des taxis reliant l’aéroport Mohammed V à la ville de Casablanca. Cet accord prévoit une modernisation des véhicules utilisés pour ce trajet tout en «redoublant d’efforts pour encourager l’adoption de véhicules écologiques, avec des émissions de carbone limitées», précise le texte de la convention.

Par la signature de cet accord, le ministère de l’intérieur et le ministère délégué chargé de l’environnement s’engagent à mettre en place un fonds régional de subventions des véhicules écologiques. Le ministère délégué chargé de l’eau devra y participer par une enveloppe budgétaire de 40 millions de dirhams pour l’année 2016, tandis que la région du Grand Casablanca fournira un financement de 40 millions de dirhams pour les années 2015 et 2016.
Ces subventions bénéficieront aux propriétaires des taxis reliant l’aéroport Mohammed V à la ville de Casablanca, après la signature d’un contrat d’exploitation d’une durée minimum de trois ans.
La dernière session ordinaire du conseil de la région la plus peuplée du Royaume a également connu l’approbation de la mise en place de «l’Observatoire socio-économique du Grand Casablanca».

Pensée comme un «laboratoire d’idées et une force suggestive pour les élus et les autorités administratives de la région», selon un communiqué du conseil régional, cette nouvelle entité devrait être chargée d’étudier l’espace territorial et les évolutions sociales dans la région afin d’en informer les décideurs qui pourront anticiper les mutations que pourrait connaître la région sur les plans social et économique.  

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *