La normalisation pour faciliter les échanges

Le processus de normalisation que connaît le pays traverse l’ensemble des secteurs de l’activité économique. Sur le plan national, il s’est traduit par l’introduction de règles et de règlements qui s’alignent sur les standards internationaux. Les organismes notamment la Douane s’avance progressivement vers une adhésion complète aux mesures stipulées par les accords de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Le démantèlement tarifaire s’effectue certes graduellement, mais inexorablement.
Sur le plan régional, il est une donne. Seule la mise en place de blocs commerciaux entre les pays aux mêmes avantages comparatifs permettra d’amortir le coût élevé de l’ouverture et de la mondialisation, notamment pour les pays arabes. A ce propos, le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Energie et des Mines, Mustapha Mansouri a souligné «l’importance des critères de normalisation relatifs à la gestion des aspects sociaux, de sécurité et de santé dans la construction des blocs économiques et la facilitation des échanges commerciaux entre les pays». L’occasion en est la tenue aujourd’hui de la Journée arabe de la normalisation. Cette année, le thème traité consiste en «le respect des critères arabes de normalisation est un instrument efficace dans la promotion du commerce». Il s’intéresse notamment au développement industriel et métallurgique. Il faut dire qu’en la matière, le Maroc a depuis longtemps pris conscience de l’éminence de l’instauration d’un tel système. Un brin d’historique s’impose. Déjà en 1970, le pays avait posé des bases juridiques d’un programme national de normalisation.
Le ministère de l’Industrie et du Commerce chapote un certain nombre de cellules qui gèrent les échéances imposées aussi bien par l’OMC que par les accords contractés avec l’Union Européenne. Le ministre chargé de ce portefeuille n’a pas manqué de déclarer qu’en effet, le service de critères de normalisation industrielle, synchronise les travaux d’environ 80 commissions techniques. Celles-ci ont pour principale mission de s’occuper de la normalisation dans des secteurs variés. Aussi dans un communiqué du département, il y est précisé que : «le Maroc a oeuvré pour la mise en place d’un système national d’équivalence en collaboration avec les partenaires économiques dans le respect des critères universaux et des recommandations des organisations internationales spécialisées».
L’approche marocaine en ce domaine repose sur l’approfondissement des relations avec les instances arabes, sur la base de conventions de coopération, d’échange de données et de documents, précise le ministre.
D’ailleurs, il a également porté l’accent sur la sensibilisation des opérateurs économiques des différents pays. L’objectif étant de créer un marché arabe commun.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *