La production sucrière se maintient

En cette période réputée pour la tenue des conseils d’administration, le groupe sucreries de betterave du Gharb et Loukkos (SUNABEL) a rendu public ses résultats pour l’exercice 2001. Selon le communiqué du ministère de l’Industrie et du Commerce, de l’Energie et des Mines, la production aurait atteint les 990.000 tonnes de betteraves récoltées sur près de 21.000 hectares, dans le Nord-Ouest du pays. Situons-nous géographiquement. Avec une amplitude comprise entre 4 et 25 mètres, la région est composée d’une zone côtière, de bordures continentales et de la plaine alluviale centrale du Sebou qui en est le principal « fournisseur d’irrigation ». Le Gharb se caractérise par une production importante de riz, betteraves à sucre, et canne à sucre. Pour ces cultures, la zone du Gharb représente respectivement 100, 69 et 22 % de la production totale nationale. Quant à la culture de la betterave à sucre, elle occupe aujourd’hui environ 65.000 hectares et permet de produire près de 500.000 tonnes de sucre. Cette production se répartit au niveau de 13 sucreries et sucreries-raffineries, soit près de 54% des besoins nationaux en consommation de sucre. Ainsi, l’une des principales entreprises de la place, au regard des résultats annoncés, met l’accent sur une progression de l’ordre de 12 %. Pour l’année 2000-2001, le groupe a produit 126.600 tonnes de sucre de betteraves raffiné. En revanche, pour l’exercice passé, ce sont uniquement 121. 000 tonnes qui ont été mises sur le marché. Pour l’année en cours, l’établissement prévoit une production de 130.000 tonnes. Sous la présidence du secrétaire général du ministère de tutelle, M. Hilia Bousselham, le plan d’investissement pour l’année prochaine était également à l’ordre du jour. Une enveloppe tournant aux environs de 65 millions de DH sera injectée aux différents chaînons de la filière. Il s’agirait en l’occurrence du conditionnement du sucre, du renouvellement du matériel de cristallisation, de l’opération de chauffe et d’évaporisation. Par ailleurs, le second groupe sucrier, qui représente avec SUNABEL, à eux seuls plus de la moitié de la production nationle, en l’occurrence SURAC a également opté pour une importante augmentation des surfaces destinées à la culture de la betterave et de la canne à sucre. Sur un plan pratique, ces mesures d’extension de la surface de production se concrétiseront par une augmentation d’un taux de 20 % de la plate-forme actuellement exploitée. Par ailleurs, ce même groupe augmentera sa surface cultivée de 16.660 hectares à 28.500 hectares. Par conséquent, la production atteindra 1,6 million de tonne en 2003 contre les 1,23 million de tonne actuels.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *