La RAM dicte ses conditions

La RAM dicte ses conditions

La décision est tombée comme un couperet. La compagnie nationale du transport aérien Royal Air Maroc (RAM) appliquera, à partir du mois de novembre prochain, le nouveau modèle économique pour les agences de voyages sur le marché national. Annoncée  laconiquement dans un communiqué, cette nouvelle annonce marque un nouvel épisode dans la guerre qui oppose agences de voyages et compagnies aériennes. Pour faire pression, la compagnie nationale serait en train d’engager des négociations individuelles avec ses plus grands partenaires. Il s’agit des 20 agences avec lesquelles la compagnie nationale réalise 80% de son chiffre d’affaires. Dopées aux supers-coms, celles-ci seraient déjà sur le point de conclure avec la RAM. C’est ce que révèle le responsable d’une agence de voyages casablancaise sous couvert de l’anonymat.
Les rangs sont désormais fissurés entre ce G-20 et la kyrielle des petites agences qui constituent le front du refus. Consulté par ALM, la Fédération nationale des agences de voyages est restée fidéle à ses principes: la décision de la RAM s’est faite de manière unilatérale, sans réelle concertation avec la FNAVM. «Ce qui nous désole», note Faouzi Zamrani, président de la FNAVM, et d’ajouter : «partout dans le monde , les compagnies se sont concertées avec les associations de métiers avant d’arriver à un consensus. Nous n’avons cessé de déclarer, dans toutes les tribunes, que la date d’application a été prématurée et ce nouveau modèle serait voué à l’échec si toutes les conditions n’étaient pas mises en place. Nous avons proposé à la RAM un moratoire en sept points qui implique aussi bien la compagnie que les ministères en charge du tourisme et bien sûr les professionnels».
Ce moratoire en sept points concerne d’abord une contre-expertise non partisane  à même d’éclairer d’avantage sur ce nouveau modèle. Sous réserve des conclusions de cette contre-expertise, une campagne de sensibilisation du consommateur national, financée par la RAM, devait préparer la mise en place de ce nouveau modèle. S’ensuivraient ensuite des mesures concrètes d’accompagnement pour la mise à niveau du réseau des agences de voyages, une refonte urgente de la loi 31/96 portant statut des agences de voyages, prenant en compte ce nouveau modèle. Les agences de voyages réclament aussi la libéralisation de la réglementation de l’Office des Changes en matière de ventes de voyages et de packages à l’étranger et une fiscalité en harmonie avec ce nouveau modèle . Pour le moment, il s’agit de vœux pieux. Etant le seul grand fournisseur des agences de voyages, la RAM se trouve en position de force pour dicter ses conditions. Chez la compagnie nationale, l’heure est à l’application, la réduction des coûts restant le maître mot. La compagnie nationale dit avoir tenu plusieurs réunions avec le bureau de la Fédération nationale des agences de voyage du Maroc (FNAVM). De même, une tournée d’information dans les principales villes du Royaume a été organisée pour expliquer à l’ensemble des agences de voyage, partenaires les principes du nouveau modèle économique de distribution. La RAM est prête à prendre en charge les frais de formation et des redevances, relatifs aux outils techniques du nouveau modèle. La compagnie aérienne nationale entend maintenir avec la FNAVM un dialogue constructif qui facilitera la mise à niveau du secteur de la distribution du voyage au Maroc, afin de mieux affronter les défis de demain, conclut le communiqué.  Des assurances insuffisantes pour les petites agences déjà sur le sentier de la guerre.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *