La RAM se déleste de la formation d embauche

La RAM se déleste de  la formation d embauche

ALM : Quel sera l’impact de l’ouverture de l’Institut spécialisé dans les métiers de l’aéronautique et de la logistique aéroportuaire (ISMALA) sur le secteur de l’aéronautique en général et sur la RAM en particulier ?

Driss Benhima : Le secteur de l’aéronautique au Maroc était pénalisé par le manque de ressources humaines et le département formation de la Royal Air Maroc ne couvrait que les besoins de la compagnie. Aujourd’hui, le lancement de l’ISMALA est la solution idoine à cette situation puisque l’institut va pouvoir répondre aux besoins de l’ensemble des industries aéronautiques situées dans le pays qui sont en plein développement. Sur un autre niveau, la création de l’ISMALA permet à la Royal Air Maroc de mieux s’inscrire dans son contrat-programme avec l’Etat qui stipule que la compagnie doit se concentrer sur son cœur de métier en abandonnant toutes ses activités annexes. Ainsi, elle permet au secteur de l’industrie aéronautique de se développer, à la compagnie de limiter ses dépenses financières en matière de formation et au marché d’étoffer sa panoplie de ressources humaines qualifiées en complétant les formations dispensées par l’Institut des métiers de l’aéronautique. De plus, la création de l’ISMALA est au cœur des orientations du discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI adressé à la Nation à l’occasion de la fête de la jeunesse.

Vous avez signé, devant SM le Roi Mohammed VI, une convention relative à l’ISMALA. Quels en sont les détails?
La convention consiste en la cession par la RAM, à titre gracieux, de tous les équipements pédagogiques liés à l’entretien des avions au profit de l’ISMALA.

Aussi, la compagnie cède à l’Institut les ressources humaines qualifiées pour ce genre de formations. Il s’agit de tous les enseignants de la RAM ayant bénéficié des départs volontaires et des vacataires qui deviendront désormais les formateurs de l’institut.
De plus, la compagnie offre à l’ISMALA, à travers cette convention, un avion KING AIR 200, indispensable pour l’équivalence du diplôme de l’institut.

Que deviendra le département formation de la RAM ?
La RAM se déleste définitivement de la formation d’embauche. Par contre, le département formation continuera à assurer la formation continue de notre personnel navigant. Cette démarche est indispensable pour le maintien de la qualité de nos services et vitale pour la sécurité et le confort de nos clients.

Comment voyez-vous le secteur de l’aéronautique marocain dans deux ans ?
Sachant que les effectifs de techniciens à former par an devraient être multipliés par dix grâce à l’ISMALA, on ne peut que prédire un développement pérenne du secteur. À mon avis, le taux d’expansion du secteur au Maroc poursuivra sa progression au-dessus des 23%.

En effet, grâce aux acteurs publics, aux dispositions du Plan émergence, aux efforts du Groupement interprofessionnel marocain de l’aéronautique et spatial (GIMAS), à l’accueil privilégié que le Maroc assure aux investisseurs du secteur et à la bienveillance de Sa Majesté le roi Mohammed VI, le Royaume est promis à devenir un pôle international de l’industrie aéronautique avantagé par sa position géographique proche de l’Europe.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *