La RAM sur orbite

La RAM sur orbite

«La Royal Air Maroc ne craint en termes de concurrence aucune compagnie classique». C’est une évidence à laquelle est résolu Driss Benhima, président-directeur général de la RAM.

Des propos qui viennent marquer une rupture avec le passé de la part de la compagnie aérienne nationale. La page délicate, conséquence de l’ouverture de l’open sky, est désormais tournée une fois pour toutes marquant ainsi la pertinence du plan de restructuration engagé depuis septembre 2011.

La RAM a dépassé les engagements fixés avec l’Etat et s’affirme désormais en tant qu’opérateur aérien performant recentré sur son cœur de métier. «Nous venons aujourd’hui d’effacer certains préjugés et donner à l’opinion publique l’image de ce qui est la Royal Air Maroc aujourd’hui. Il est temps de remettre de l’ordre dans les esprits», signale à cet égard Driss Benhima lors de son oral face à la presse nationale. Les retombées de cette métamorphose dont  se réjouit le staff de la RAM seront de plus en plus visibles  à la fin de l’exercice courant. En effet, 2014 sera une année de performances commerciales.

Ainsi, la compagnie passe à l’offensive en termes de destination, de développement et de parts de marché. S’agissant des ventes directes, le chiffre d’affaires maintiendra sa croissance, notamment celui réalisé par le biais d’Internet et qui constitue 25% du chiffre d’affaires global. Les prévisions de la compagnie tablent à cet égard sur une recette avoisinant les 2 milliards de dirhams en 2014. Les perspectives également prévoient un retour de croissance de trafic  international. Se référant à M. Benhima, cette activité dépasse pour la première fois l’évolution du trafic international de la concurrence. A fin avril, ce trafic a affiché une évolution de 10% contre 6% de celui des compagnies concurrentes.

Pour les cinq premiers mois de l’année, les recettes passagers ont grimpé de 1%. Le coefficient de remplissage s’est amélioré de 4 points à fin mai. Un chiffre qui a facilement augmenté de 7 points au titre de la première semaine de juin. La Royal Air Maroc qui se sent finalement rassasiée dévoile des performances historiques au titre de l’année 2013. La transition a été marquée par un record du résultat d’exploitation. 789 millions de dirhams ont été enregistrés à fin 2013 se bonifiant ainsi de 10% par rapport à la même période de l’année 2012. La progression du résultat courant est, quant à elle, évaluée à 4,83%, soit une valeur de 627 millions de dirhams. L’endettement de la compagnie est passé de 11% avant restructuration à 3% en 2013.

«Il est utile de noter que notre performance économique intervient dans un contexte rigoureux marqué par la baisse des trafics ainsi que  l’intensification de la concurrence sur le marché intérieur et international. Des pics historiques ont été observés dans ce sens sans parler  du retour en force des compagnies low cost», explique le président-directeur général de la RAM. Et de préciser que «la RAM a enregistré de bonnes performances sur les marchés Europe-Casablanca accaparant une part de marché de 53%». En revanche, le chiffre d’affaires global de la RAM à fin 2013 a reculé de 3% pour s’établir à 13,38 milliards de dirhams dont 12,42 milliards pour l’activité transport.

Le repli a, par ailleurs, touché le volume de passagers transportés avoisinant les 6 millions de voyageurs en retrait de 3% par rapport à 2012. Ce ralentissement est tiré par la diminution de 13% du trafic point à point après le retrait de la RAM de ce marché en application au contrat-programme. Si la RAM a rempli ses engagements en vertu du contrat-programme avec l’Etat, l’autre partie est loin de tenir ses promesses.

L’une des faiblesses qui  dérangent les plans de la RAM est la configuration actuelle de l’aéroport Mohammed V qui jusque-là ne répond pas aux besoins et aux visions de la Royal Air Maroc.

En effet, l’infrastructure aéroportuaire de la métropole n’arrive toujours pas à absorber le flux important des voyageurs engendrant ainsi un grand nombre d’incidents, notamment la perte de bagages qui hypothèque l’image et la notoriété des compagnies aériennes.

Plan de restructuration : Les objectifs largement attteints

Transformation réussie pour la RAM. Le plan de restructuration, objet d’un contrat-programme signé avec l’Etat en 2011, a introduit des changements structurels améliorant ainsi la productivité de la compagnie et par conséquent sa compétitivité. Les orientations stratégiques mises en vigueur font de la Royal Air Maroc aujourd’hui une «machine très compétitive, économique et performante avec des coûts de production inférieurs à ceux des compagnies concurrentes».

Une métamorphose principalement assurée par l’optimisation de la flotte, l’amélioration de la gouvernance et la qualité de service, la restructuration du réseau ainsi que la cession d’actifs qui ne rentrent pas dans le cœur du métier. Une réduction drastique des effectifs a découlé de ce processus de transformation, passant en quatre ans de 5.352 à 2.737 personnels à fin avril 2014. De même, la compagnie est passée d’un ratio de 100 employés par avion en 2011 à un ratio de 58 en 2014, plaçant ainsi la RAM parmi les meilleures compagnies sur ce registre.

Le ratio «nombre de passagers par employé» devrait, pour sa part, atteindre les 2.329 passagers par employé contre 2.148 en 2013 et 1.246 en 2011. De même, le ratio «nombre d’heures de vol par employé» s’est situé en 2013 à 63 heures contre 36 en 2011.

Nette évolution du trafic en Afrique

La Royal Air Maroc accompagne le positionnement du Royaume en tant que hub économique entre l’Afrique et le reste du monde. L’orientation africaine de la compagnie s’est basée sur le renforcement de la plate-forme de correspondances à Casablanca et l’ouverture de nouvelles lignes en Afrique. Ainsi une stratégie a été dédiée au marché africain qui contribue à hauteur de 23% du chiffre d’affaires de l’activité passagers de la RAM. Le trafic en Afrique subsaharienne a enregistré une évolution positive atteignant à fin mai 2014 une progression de 48%.

Le nombre de passagers transportés en Afrique subsaharienne a grimpé pour sa part de 34% entre mars et mai 2014. Ladite période avait pour titre phare la visite royale en Afrique. La tournée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans les principales capitales africaines a impacté positivement les déplacements aériens entre le Maroc et le continent. Ainsi la RAM a vu le nombre de ses passagers transportés en Côte d’Ivoire atteindre les 40% après la visite royale au moment où cette performance était quasi nulle entre novembre et février.

Le nombre de passagers transportés en Guinée est passé de -12% entre novembre-février à 15% après la visite royale. Même ventilation pour le Gabon dont le nombre de passagers a basculé de -8% à 23% entre mars et mai 2014. En revanche, le nombre de passagers transportés au Mali s’est consolidé pour se situer à 76% contre 59% observés avant le périple de Sa Majesté en Afrique subsaharienne.

Investissement : L’innovation à l’honneur

Neuf avions sont attendus pour les mois à venir. En outre, la compagnie injectera l’équivalent de la flotte d’une compagnie aérienne de taille moyenne, et ce en procédant à l’affrètement de 11 appareils supplémentaires de type gros et moyens porteurs qui renforceront sa flotte durant la période de pointe du mois d’août. En vue de rajeunir sa flotte, la RAM a procédé à la refonte totale de cabines de 29 appareils, à la suppression de deux rangées de sièges dans chacun de ses appareils ainsi que l’introduction d’un nouveau programme de divertissement à bord.

Autre nouveauté : l’introduction du Wifi par le biais du système IFE téléchargeable sur tablettes de passagers, à déployer sur une flotte B737 de 36 avions et au niveau de deux salons VIP. La compagnie a également revu ses menus à bord et a entamé les travaux de rénovation du salon Business Class à l’aéroport Mohammed V de Casablanca et du salon VIP à l’aéroport Orly. La rénovation concernera également la salle Transit du Hub de Casablanca avec l’installation du Wifi, la restauration des fauteuils et l’ajout des prestations «jeux enfants».

Liaisons internes : 1 million de passagers d’ici fin 2014

Pas plus tard que la semaine dernière, la RAM a lancé la première ligne reliant Casablanca à Zagora. Une autre est prévue au plus tard ce mercredi inaugurant ainsi les vols entre la capitale économique et Errachidia. A ce jour, 16 destinations internes sont reliées à Casablanca. En dehors de la métropole, la compagnie propose également des liaisons aériennes entre des villes marocaines, en l’occurrence Tétouan-Al Hoceima, Agadir-Laâyoune, Agadir-Dakhla, Ouarzazate-Zagora, Guelmim-Tan Tan et prochainement Marrakech-Ouarzazate. Le développement des lignes aériennes internes accompagne les efforts de l’Etat en vue de mettre en œuvre la régionalisation avancée. Ceci a tout de même eu des retombées positives sur l’activité de la RAM au niveau national.

De novembre 2013 à ce jour, la RAM a transporté 447.375 passagers sur ses vols intérieurs marquant une évolution de 25% par rapport à la même période de l’exercice dernier. La compagnie table sur le transport de 1 million de passagers d’ici fin 2014. Si les liaisons Casa-Agadir et Casa-Marrakech sont les plus prisées, les lignes Casablanca-Laâyoune et Casablanca-Dakhla ont enregistré une progression respective de 78 et 65% par rapport à la même période de l’exercice précédent.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *