La reprise mondiale en péril sans coopération internationale

La reprise mondiale en péril sans coopération internationale

La reprise économique mondiale est menacée si les principales économies de la planète ne maintiennent pas un «esprit de coopération», a mis en garde, lundi, le Fonds monétaire international (FMI) après une réunion avec des responsables des banques centrales à Shanghai. La conférence, officiellement consacrée aux «instruments prudentiels» à mettre en place pour éviter les faillites des grands établissements financiers, se déroulait sur fond de crainte de guerre des changes, alors que plusieurs banques centrales sont intervenues pour affaiblir le cours de leur monnaie. «L’esprit de coopération doit être maintenu. Sans cela, la reprise est en péril», a déclaré le directeur général du FMI Dominique Strauss-Kahn après la réunion en présence de chefs ou de hauts responsables de banques centrales de tous les continents, selon une version écrite de son discours communiquée à des journalistes. «Il y a aujourd’hui le risque que le choeur de ceux qui étaient parvenus à dompter la crise financière se dissolve dans une cacophonie de voix discordantes alors que des pays font de plus en plus cavalier seul», a-t-il estimé. Une telle attitude «va certainement nuire à tout le monde», a averti M. Strauss-Kahn. «La conférence est partie prenante des travaux internationaux en cours sur les défis posés par la crise financière mondiale», avait expliqué le FMI en fin de semaine dernière. La réunion de Shanghai, à huis clos, fait suite aux assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale début octobre à Washington consacrées aux mesures à prendre pour renforcer la reprise après la crise financière et consolider le système financier. Elle précède la conférence des ministres des Finances et des banquiers centraux des pays du G20, vendredi et samedi en Corée du Sud, elle-même préparatoire au sommet du G20 les 11 et 12 novembre à Séoul. La Corée du Sud a dit, vendredi, craindre que les tensions sur les taux de change ne conduisent au protectionnisme. Mais Séoul s’est vu accuser par Tokyo d’être intervenu pour faire baisser le cours du won. Les pourparlers se sont aussi déroulés sur fond de conflit entre la Chine et les Etats-Unis, ces derniers accusant Pékin de profiter de la faiblesse de sa monnaie pour conquérir des parts de marchés à l’extérieur. La Chine a de son côté envoyé les Etats-Unis dans les cordes la semaine dernière en accusant les Américains de faire porter à Pékin la responsabilité de leurs difficultés économiques internes. «La raison fondamentale de cette guerre des monnaies est que la Réserve fédérale américaine fait tourner la planche à billets», a estimé lundi le Financial News, l’un des principaux quotidiens économiques du pays. La Chine souffre moins que ses concurrents de la faiblesse du dollar, auquel sa monnaie est arrimée par un taux de change étroitement contrôlé alors que ses concurrents en Asie du Sud-Est ont vu leurs devises augmenter par rapport au billet vert. «Nous allons continuer à voir des conflits, particulièrement en Asie de l’Est. Des pays comme le Japon et la Corée du Sud ont des structures économiques similaires et tous deux n’ont qu’une marge de manoeuvre limitée pour ajuster leur politique monétaire», a déclaré He Fan, un économiste de l’Académie chinoise des sciences sociales, participant à la conférence de Shanghai. Selon M. He, la Chine devrait dans la situation actuelle renforcer encore davantage son contrôle sur les mouvements de capitaux pour éviter qu’affluent chez elle des fonds spéculatifs misant sur une hausse du yuan.

  D’Arcy Doran (AFP)

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *