La Russie fait la chasse aux banques douteuses

La Banque centrale de Russie veut faire le ménage. Dans un pays comptant 1200 banques commerciales dont 80% des activités sont effectuées en fait par seulement les 200 premières, la priorité est de faire le tri parmi les nombreuses petites structures. Pour accélérer les réformes, la Banque centrale souhaite, selon le quotidien financier Kommersant, amender la législation afin d’adopter des critères plus stricts définissant la notion de «réputation». Avec pour objectif: permettre aux autorités d’empêcher la nomination ou d’obtenir le licenciement de directeurs ne respectant pas ces critères et, à terme, retirer la licence des organisations jugées contrevenantes. Parallèlement, la Banque centrale prévoit de proposer aux banques d’envoyer dans leurs bureaux des observateurs afin de les aider à mieux se discipliner et gérer leurs risques.
Cette dernière mesure était l’une des réformes clefs envisagées par Andreï Kozlov, le vice-gouverneur de la Banque centrale assassiné en septembre dernier.
Un meurtre qui avait été un coup dur pour la lutte anti-corruption. Réputé dans le secteur bancaire pour sa politique contre le blanchiment de l’argent, Andreï Kozlov était en charge de la révocation des licences des banques aux activités jugées frauduleuses. En 2006, les suspensions se sont multipliées, avec une nouvelle banque visée presque chaque semaine. Près de 5% des 1200 banques ont ainsi vu leur licence levée. Le mois dernier, la police a arrêté et placé en garde à vue Alexeï Frenkel, le patron d’une de ces petites banques fermées en raison de «violations répétées» des régulations.
Depuis sa cellule, il accuse désormais la Banque centrale de corruption. Se gardant de répondre directement à ces critiques, la Banque centrale s’efforce au contraire de montrer que sa politique anti-corruption se poursuit. Ces réformes sont nécessaires dans un secteur encore très fragile, en vue notamment de l’entrée à l’Organisation mondiale du commerce.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *