«La saison agricole a démarré dans des conditions plus favorables que la précédente»

«La saison agricole a démarré dans des conditions plus favorables que la précédente»

Le ministre de l’agriculture annonce le début de la commercialisation de la nouvelle formule d’engrais

La moyenne des précipitations a atteint jusqu’au 9 novembre 131,4 mm, soit une progression de 137% par rapport à la normale (55 mm).

La campagne agricole s’annonce prometteuse. En effet, le ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch, a affirmé que la saison agricole 2018-2019 a démarré dans des conditions plus favorables que la précédente. Le ministre qui s’exprimait devant les parlementaires de la deuxième Chambre mardi dernier a expliqué que la moyenne des précipitations a atteint jusqu’au 9 novembre 131,4 mm, soit une progression de 137% par rapport à la normale (55 mm), relevant que le taux de remplissage des barrages est passé de 4 à 7,71 milliards m3, soit environ 58% en comparaison avec l’année précédente. Selon le ministre, la réserve des barrages à usage agricole permettra ainsi de couvrir les besoins en irrigation des terres agricoles pendant deux ans.

S’agissant des mesures prises à l’occasion de la saison agricole, le ministère a consacré une quantité de 2,2 millions de quintaux de semences certifiés et veille à l’approvisionnement du marché avec près de 680.000 tonnes d’engrais. Ce n’est pas tout. Aziz Akhannouch annonce le début de la commercialisation de la nouvelle formule d’engrais issue du projet de Carte de fertilité des sols cultivés, destiné à répondre efficacement aux besoins en fertilisants. La même source précise que les superficies équipées en irrigation agricole atteindront 610.000 ha, de même que la superficie assurée devrait s’établir à quelque 1,50 million d’hectares, dont un million réservé aux céréales et 500.000 aux arbres fruitiers.

Aussi, des mesures ont été prises pour lutter contre la cochenille de cactus grâce notamment à la recherche agronomique à travers huit variétés de cactus résistantes à la cochenille utilisées dans des projets régionaux. Dans un autre registre, la production des olives a atteint 2 millions de tonnes avec une hausse de 3,22% par rapport à la campagne précédente, tandis que la production des agrumes a nettement augmenté pour totaliser 2,62 millions de tonnes, soit une progression de 17% en comparaison avec la saison écoulée.

La production animale n’est pas en reste. Selon le ministre, les quantités des viandes rouges ont augmenté d’environ 7% et celles des viandes blanches de 13%, alors que la production du lait a progressé de 2%, et celle des œufs de 29%. En termes d’export, le volume des exportations des primeurs a enregistré une hausse de 5%, contre 4 % pour les exportations d’agrumes et 1% pour les tomates. Dans le même ordre d’idées, M. Akhannouch a rappelé que le gouvernement a alloué 61 millions de dirhams pour l’acquisition des fourragères subventionnées et une enveloppe budgétaire de 32 millions répartie sur 25 préfectures et provinces, conformément aux Hautes instructions royales, sachant que des ressources financières et humaines ont été mobilisées pour alléger les souffrances et les effets de la vague de froid sur les populations de certaines zones. Il faut dire que le secteur de l’agriculture a radicalement changé depuis l’application du Plan Maroc Vert (PMV).

Le ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts a affirmé dans ce sens qu’après une décennie de la mise en œuvre du PMV, une véritable dynamique est observée dans le secteur sans oublier le développement des capacités et l’amélioration des conditions de travail. Le ministre a enfin fait observer par la même occasion que les agriculteurs sont mobilisés en matière de renforcement des capacités en vue d’accompagner l’actuelle saison agricole.

Développement agricole : Vers une nouvelle réflexion stratégique

Le ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts a été chargé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI d’élaborer et de soumettre à la Haute attention royale une réflexion stratégique globale et ambitieuse pour le développement du secteur de l’agriculture. En effet, Sa Majesté le Roi avait reçu en octobre dernier au Palais royal de Marrakech Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts. Le Souverain avait réitéré au cours de cette audience Ses souhaits et ambitions pour un monde rural marqué par la création de nouvelles activités génératrices d’emplois et de revenus, essentiellement en faveur des jeunes. Et ce par l’élargissement du champ de l’investissement agricole à toutes les catégories, tout en favorisant l’émergence d’une classe moyenne agricole et en rendant plus accessible le foncier agricole à l’investissement productif par la mise à disposition progressive, au profit des ayants droit, d’un million d’hectares supplémentaires de terres collectives, tel que souligné lors du discours d’ouverture du Parlement.

Distribution de 1 million d’hectares au profit des petits agriculteurs

Un million d’hectares sera distribué aux petits agriculteurs, dans le but d’assurer le décollage du monde rural qui bénéficie de la Haute sollicitude de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, avait annoncé à El Jadida le ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch.

Les agriculteurs concernés seront appelés à optimiser l’exploitation de ces terres en tirant parti du soutien de l’État, avait souligné le ministre dans une déclaration à la presse en marge de l’ouverture de la 11ème édition du Salon du cheval. M. Akhannouch a fait savoir que l’ensemble des acteurs du secteur agricole est engagé à contribuer à la réalisation du décollage escompté.

Dans le discours prononcé à l’ouverture de la nouvelle session du Parlement, le Souverain a insisté sur le fait que le secteur agricole peut être un pourvoyeur d’emplois plus performant et un instrument plus efficace pour assurer de meilleures conditions de vie et d’établissement en milieu rural.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *