La Samir annonce son plan de gestion de risque

La Samir annonce son plan de gestion de risque

La Société marocaine de l’industrie du raffinage vient d’annoncer son plan de sécurité lors de la troisième édition des Journées de la sécurité de la Samir, les 25, 26 et 27 décembre à Mohammédia. «La Samir a entrepris des actions volontaristes par la mise en place d’un ensemble très important de dispositifs visant la prévention des accidents et la protection des hommes et des installations contre les risques naturels et technologiques», a annoncé Jamal Ba-Amer lors de l’ouverture de cette manifestation. En fait, le raffinage est une industrie à haut risque. Propane, butane, essences, kérosène, gasoil, fuel …, la Samir se dit consciente de l’importance de la sécurité tout au long du processus de manipulation de ces produits. Ainsi, ce raffineur a mis en place un dispositif renforcé pour la protection de ses collaborateurs, de ses outils de production et des zones avoisinantes contre tout risque lié à la manipulation de ces produits pétroliers. Sur le terrain, cette politique de gestion de risque se base sur trois axes : la prévention, la protection et la sûreté. L’objectif du premier axe est de réduire la fréquence d’événements nuisibles. «Dans la pratique, la prévention se traduit par l’utilisation de standards internationaux lors de la conception des nouvelles installations ou dans des opérations de modifications. Il est question aussi de recourir à des techniques évoluées dans le secteur du raffinage», précise-t-on dans un communiqué de presse.
S’agissant de la protection, la Samir a mis en place des moyens urgents d’arrêt à la disposition du personnel, acquis de moyens d’intervention rapides et efficaces et choisi des produits adéquats d’extinction. Il y a également la formation du personnel opératoire et de sécurité sur les techniques d’intervention, la signature d’une convention d’assistance avec la Protection civile nationale en matière de formation du personnel à l’intervention ainsi que la réalisation d’un plan d’urgence POI (Plan d’opération interne) répondant aux exigences internationales. La sûreté est le troisième et dernier axe de cette politique de gestion de risque. «Ce dernier concerne le contrôle rigoureux des entrées de personnes, véhicules et autres matériels de raffinage. Pour atteindre son objectif, la Samir a mis en place une stratégie basée sur quatre axes», ajoute-t-on. De prime abord, il y a la collaboration étroite avec la Sûreté nationale locale en matière d’identification des intervenants extérieurs avant leur admission sur le site. Il y a également la mise en place de moyens automatiques pour le contrôle des accès de personnes et de véhicules. Le troisième axe concerne l’installation de caméras de surveillance dans les points sensibles avec transmission vers une salle de contrôle centralisée, selon la même source.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *