La situation de l industrie s aggrave

La situation de l industrie s aggrave

Mauvaise perception des chefs d’entreprises quant à la production industrielle au mois d’août. La tendance serait au ralenti, selon l’échantillon interviewé par Bank Al-Maghrib. Cette enquête fait état d’une mauvaise conjoncture dans le cycle industriel renforçant davantage le manque de confiance des professionnels du secteur. La baisse de production se poursuit donc pour le deuxième mois consécutif engendrant ainsi un solde d’opinion négatif de 31 points après un repli de 25 points observé au titre du mois de juillet. La déclinaison par branche reste donc dominée par le pessimisme à l’exception de l’agroalimentaire qui a pu sauver son positionnement.

Le ralentissement de la production a, par ailleurs, contribué au fléchissement du taux d’utilisation des capacités. Cet indice s’est établi à fin août à 63% après un taux de 69% en juillet couvrant ainsi une perte de 6 points, selon les statistiques de Bank Al-Maghrib. Plusieurs facteurs y sont afférents. Citons dans ce sens la décélération de l’activité de la mécanique et la métallurgie, du textile et cuir, de l’électrique et l’éléctronique, de la chimie et parachimie. Compte tenu de la tendance baissière que connaît le secteur de l‘industrie, les ventes seraient également en déclinaison par rapport au mois de juillet.

Ce constat a été confirmé par 45% des industriels interviewés dans le cadre de l’enquête contre 44% ayant confirmé l’amélioration des ventes. Dans ce sens, les ventes à l’étranger sont les plus impactées. Ce qui a été approuvé par 60% des industriels contre une baisse ressentie par 38% des interviewés concernant les ventes destinées au marché local. La stagnation a, par ailleurs, touché les nouvelles commandes au moment où le carnet de commandes serait normal d’après 51% des industriels. La visibilité pour les trois prochains mois s’avère positive. Ainsi, 69 % des chefs d’entreprises anticipent une hausse de la production au moment où 51% s’attendent à une reprise des ventes.

L’agroalimentaire : Un bon élève industriel

L’agroalimentaire continue de tirer son épingle du jeu. Sa production marque une résilience en dépit du climat morose ambiant. Au titre du mois d’août, cette industrie est la seule à satisfaire les professionnels du secteur. Ils étaient 48% à confirmer la bonne tenue de la production, contre 36% d’industriels pessimistes. Le taux d’utilisation des capacités se serait établi à 75%, marquant ainsi une hausse de 6 points par rapport au mois précédent. Selon un effectif d’environ 50% des industriels, les ventes auraient, pour la même période, augmenté. Une évolution qui reste principalement tirée par l’amélioration du marché local. L’industrie agroalimentaire aurait connu, également, une stagnation des nouvelles commandes au moment où les carnets de commandes se seraient maintenus à leur niveau normal.

Un énorme repli de l’activité électrique et électronique

Près de 85% des industriels confirment la dégringolade de la production de la branche électrique et électronique durant le mois d’août. Le même effectif a indiqué par ailleurs que les ventes ont connu un fléchissement par rapport au niveau constaté un mois auparavant. En commentant cette baisse, les chefs d’entreprises évoquent le ralentissement tant bien des ventes effectuées à l’étranger que celles tenues sur le marché local. De même, le taux d’utilisation des capacités aurait perdu 16 points revenant à 63% au titre du huitième mois de l’année.

L’industrie du textile peine à retrouver le bon chemin

Se référant à l’enquête de Bank Al-Maghrib, 75% des entreprises déclarent une baisse de la production en août contre 21% le mois précédent. En revanche, les chefs d’entreprises restent plus au moins confiants sur l’avenir de leur secteur anticipant ainsi une hausse de leur production. De même, 71% s’attendent à une amélioration de leurs ventes les trois mois à venir. La décélération a, par ailleurs, touché les commandes reçues en août, puisque 41% des industriels ont témoigné d’un repli à ce niveau.

La baisse domine les industries chimiques et mécaniques

Les industries chimiques et parachimiques ainsi que les mécaniques et métallurgiques ont remporté relativement le même solde d’opinion. Environ 68% des industriels ont confirmé la dégringolade des deux branches industrielles. Une situation qui affecte gravement le taux d’utilisation des capacités qui est revenu à 70% pour l’industrie chimique et de 43% pour l’industrie mécanique qui a accusé au cours du mois d’août une baisse de 19 points.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *