La Sogatour poursuit sa remontée

La Sogatour poursuit sa remontée

La Sogatour poursuit son redressement dans la même lignée de l’exercice 2003, bouclé avec une plus value de 90% du résultat net par rapport à 2002. Les neuf premiers mois de l’année 2004 se terminent bien.
Ainsi, le résultat avant impôts de l’ensemble des hôtels gérés pour le compte de son principal actionnaire, la CDG, est en croissance de 255%.
Performance assez visible d’autre part au niveau du résultat brut d’exploitation, en hausse de 214% sur la même période, et du chiffre d’affaires, en augmentation de 26%. Ces résultats concernent le N’Fis à Marrakech, sous enseigne Méridien, le Sofitel Royal Golf à El Jadida, sous enseigne Sofitel, ainsi que les hôtels sous enseigne Sogatour. Il s’agit Jnan Palace, deMoulay Yacoub et de Sidi Harazem à Fès, du Zat à Ouarzazate et du Rif à Nador. Les résultats présentés n’englobent pas donc les unités en gérance libre confiées au Club Méditerranée et à Lookéa.
Pour la Direction de la Sogatour, ces performances s’inscrivent dans la continuité de la stratégie de mise à niveau et de restructuration des actifs touristiques de la CDG entamée depuis 2002, et la consolidation des efforts entrepris en matière de repositionnement marketing des hôtels Sogatour, d’optimisation et de maîtrise des charges. Dans ce cadre, il a été institué une veille commerciale auprès des prescripteurs, clients et partenaires, une diversification de l’offre produit avec la mise en place de nouveaux concepts plus proches des attentes et styles de vie de la clientèle nationale et une mise aux standards des procédures en matière de contrôle et de gestion.
Sur le plan stratégique, 2004 aura surtout vu la Sogatour se rapprocher encore plus vers le marché national, segment que le DG actuel de la Sogatour, Samir Sahraoui, refuse de considérer seulement comme un marché de substitution. «Je pense surtout que nous n’avons pas réellement procédé aux études de segmentation nécessaires pour mieux comprendre les attentes de ce marché. Il faut savoir que le Maroc dispose d’un vivier composé d’environ un million de personnes qui vivent à des standards dits A+, A, B et B- , soit des standards de catégories socioprofessionnelles européennes extrêmement élevées », déclarait-il à ALM il y a quelques mois. Des idées concrétisées sur le terrain avec tout au long de l’été passé plusieurs formules dédiés au MRE et aux touristes nationaux.
Pour le reste, 2005 verra certainement de grands changements à la Sogatour. L’arrimage avec la Sotoram dans l’ensemble Atlas Hospitality serait concrétisé d’ici là. Un tournant pour cette structure lancée le 27 avril 1977 pour gérer une patrie du patrimoine hôtelier et touristique de la CDG. Sogatour, aujourd’hui assainie et remies sur la pente ascendante avec un portefeuille actif dee 2 200 lits, est prête aujourd’hui pour le mariage. La lenteur de la fusion serait à mettre dans le compte des détails techniques souvent compliqués sur ce genre d’opération. D’autant que, derrière, ni la RAM ni la CDG via ses deux poulains ne se pressent vers la reprise des hôtels de l’ONMT apparemment compris dans l’opération.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *