La Tunisie négocie avec l’U.E

Après le Maroc, c’est au tour de Tunisie de mener des négociations avec l’Union-européenne. C’est en effet demain que le ministre tunisien des Affaires Etrangères Habib Ben Yahia doit se rendre à Bruxelles pour participer à une réunion du conseil d’association, troisième en son genre depuis l’établissement de l’accord entre la Tunisie et L’Union Européenne (UE). A l’ordre du jour, la discussion notamment autour des modalités de mise en oeuvre de l’accord de partenariat tuniso-européen, en vigueur depuis mars 1998 et présidé conjointement par les deux parties. A priori, le gouvernement de Zine El Abidin montre un certain désagrément quant à l’aide que lui proposent les Européens. « L’assistance qu’offre l’U.E est estimée « insuffisante » par la Tunisie compte tenu des risques réels de fragilisation pour le tissu industriel local composé à 90 % de petites et moyennes entreprises », rapporte l’AFP de la bouche d’un responsable Tunisien. Comptant en quelques sortes sur ses propres moyens, le gouvernement tunisien vient de débloquer quelque 2 milliards de dollars au profit de 1100 entreprises, essentiellement petites et moyennes entités. Une décision qui fait suite à la réunion de la commission nationale de la mise à niveau consacrée à l’évaluation de l’action des commissions régionales et l’étude des axes fondamentaux du prochain programme de mise à niveau. L’aide de l’Union reste pourtant la bienvenue et contribuera à la promotion de certains secteurs de l’économie.
Dans le même ordre d’idées, le Maroc a déjà signé, il y a quelques jours, un programme de coopération dit prévisionnel pour la période 2002-2004 d’une enveloppe de plus de 4 milliards de DH dans le but d’assister le pays dans ses réformes économiques et administratives. Aussi, une enveloppe de 700 millions de DH sera allouée au financement de projets dans le domaine socio-économique dans la région du nord.
Une forme d’aide sectorielle a été développée dans le cadre des dernières négociations marocco-européennes. Ainsi, des actions telle la modernisation du secteur privé et la formation professionnelle dans des secteurs comme le tourisme, le textile et les NTIC profiteront d’une enveloppe de 1,11 milliard de DH. Le secteur du transport quant à lui profitera d’un programme d’investissement de 1,47 milliard de DH. La date de déblocage n’est toutefois pas encore communiquée.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *