La valeur des débarquements dépasse 2,3 milliards de dirhams

L’Office national des pêches (ONP) a annoncé récemment ses résultats du premier semestre 2008. Ces résultats ont montré une hausse de la production nationale de la pêche artisanale et côtière.  Cette production s’est élevée, au terme du mois de juin,  à 295.901 tonnes pour une valeur de 2,334 milliards de dirhams. Ces résultats ont été présentés par Majid El Ghaïb, directeur général de l’ONP, lors du conseil d’administration de l’Office tenu mercredi 23 juillet, sous la présidence de Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime. Les raisons de cet accroissement qu’a connu la production nationale de la pêche artisanale et côtière ont été expliquées par l’augmentation des débarquements de 12% et de 37% en valeur. Cette augmentation en volume a été due à l’importance des débarquements de la flotte sardinière au niveau du port de Laâyoune. De même, l’augmentation en valeur a été attribuable, quant à elle, à l’évolution des apports de poulpe commercialisé dans la région de Dakhla et au niveau du port de Laâyoune. La performance enregistrée au niveau de la pêcherie poulpière a reflété également la reprise durable de l’activité poulpière. Par ailleurs, dans le cadre de l’exploitation du stock «C», une  flotte de 14 navires de type RSW a débarqué aux ports de Dakhla et de Laâyoune, un volume de près de 59.543 T de poisson pélagique pour une valeur au débarquement de 75.8 millions de dirhams, soit une augmentation de 10% en volume et 17% en valeur. En effet, en Méditerranée, les débarquements ont enregistré au niveau des halles de la côte méditerranéenne une quantité qui s’élève à 17 047 tonnes pour une valeur de 175 millions de dirhams. Ce qui représente une part de 6% du volume et de 8% de la valeur des débarquements de la pêche artisanale et côtière nationale. Comparés au premier semestre de l’année précédente, ils ont connu une diminution en volume de -15% due particulièrement au recul des débarquements des pélagiques, notamment la sardine et le chinchard au niveau du port d’Al Hoceima, et une augmentation de 18% en valeur attribuable à l’augmentation des prix moyens de ces espèces dans tous les ports de cette côte, passant ainsi de 4 dirhams à 6 dirhams/Kg. Quant à coté Atlantique, elle a représenté 94% du volume et 92% de la valeur des débarquements de la pêche artisanale et côtière nationale. Par rapport aux six premiers mois de l’année précédente, les débarquements dans cette région ont connu une augmentation importante respectivement en volume et en valeur de 14% et 39%. Il est à noter que la flotte de pêche côtière a débarqué 232.894 tonnes de poisson pélagique pour une valeur de près de 657 millions de dirhams. Cette catégorie a connu une augmentation de 12% en volume et 13% en valeur. Une telle augmentation a été due à l’importance des débarquements de la flotte sardinière. Cette croissance a été marquée au port de Laâyoune  avec un  plus de 69%. Les apports de la pêche artisanale et côtière en poisson blanc se sont établis à 35.449 tonnes pour une valeur de 557 millions de dirhams. Les céphalopodes quant a eux, ont enregistré une augmentation de 65% en volume, passant de 14 551 tonnes en 2007 à 23 995 tonnes en 2008, et de 112% en valeur, passant de 479 millions de dirhams en 2007 à   1.017 millions de dirhams en 2008. Et enfin, les débarquements des crustacés et des coquillages ont enregistré une diminution respectivement en volume et en valeur de -3% et -1% due au recul des apports de la crevette rose (-9%), par  rapport à l’année précédente. Quant à l’exploitation du stock «C», elle a enregistré une augmentation, à la fin juin 2008,  en volume et en valeur de 10% et 17% par rapport à l’année précédente. M. Akhannouch a rappelé  au cours de l’ouverture des séances du conseil la progression positive de la production halieutique malgré les difficultés conjoncturelles que connaît le secteur, et notamment la hausse du prix du carburant. Il a également évoqué à ce sujet l’ensemble des mesures prises par le gouvernement depuis le début de l’année, dont la baisse des taxes prélevées au débarquement par l’ONP et l’alignement du prix du carburant sur les prix à la pompe, ainsi que l’ambitieux programme Ibhar de mise à niveau et de modernisation des flottes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *