La zone portuaire Tanger ville: Le trafic visé est de 300.000 croisiéristes en 2020 et de 750.000 en 2025

La zone portuaire Tanger ville: Le trafic visé est de 300.000 croisiéristes en 2020 et de 750.000 en 2025

Reconversion de la zone portuaire Tanger ville : Le projet avance avec bientôt la mise en service des deux ports de pêche et de plaisance

D’un investissement de 1.090 millions de dirhams, les travaux de construction du nouveau port de pêche permettront d’améliorer les conditions de travail des professionnels de la pêche.

Le mégaprojet de reconversion de Tanger ville est considéré comme un chantier phare et multidimensionnel initié par SM le Roi Mohammed VI, dont les travaux sont en phase très avancée. D’un coût global de 6,2 milliards de dirhams, «ce projet vient à un point nommé alors que Tanger fait l’objet, depuis une quinzaine d’années, d’un effort très important de mise à niveau en termes d’infrastructures, de mise aux normes urbaines, de restitution de l’espace public, notamment en front de mer. Mais aussi dans le cadre de l’élan imprimé par les pouvoirs publics aux provinces du nord, pour rompre avec une période de latence stratégique», indique Mohamed Ouanaya, président-directeur général de la Société d’aménagement pour la reconversion de la zone portuaire de Tanger ville (SAPT).

S’étendant sur une superficie d’environ 84 ha de terre-pleins, ce projet ambitionne de faire de Tanger une destination phare du tourisme de croisière et de plaisance à l’échelle internationale. Il s’agit aussi de «doter Tanger d’une offre touristique et culturelle à forte valeur ajoutée et de repositionner la ville dans son statut de cité internationale tout en ravivant sa légende et son mythe», souligne M. Ouanaya.

L’état d’avancement de ce mégaprojet se concrétise par l’achèvement d’une série de chantiers liés aux différentes composantes portuaires et urbaines du site.  Parmi lesquels les travaux d’infrastructures relatifs au nouveau port de plaisance qui ont été achevés dans leur totalité. Ceux de viabilisation et d’équipement de ce port sont en phase d’achèvement pour une mise en service cet été 2016. Il est prévu dans le cadre de ce nouveau  projet la mise en place, entre autres, d’un parking de 462 places, un club nautique des cafés et restaurants, des équipements dédiés aux plaisanciers (vestiaires, laveries, sanitaires,..), banque, bureau d’information touristique et une station de ravitaillement en carburant.
Il y a lieu de rappeler, dans  ce contexte, le projet de commercialisation de Tanja Marina Bay international, qui avait été lancé en juillet 2015. Il s’agit de la première marina urbaine du Royaume, qui disposera de l’une des meilleures offres de services aux plaisanciers, avec une capacité de plus de 1.400 anneaux. «Ils seront désormais disponibles à partir de cet été 2016 et mis à la disposition des plaisanciers pour une longue durée pouvant aller jusqu’à 20 ans ou sous forme de location de courte ou moyenne durée», selon les responsables de la SAPT.

projet-tanger

Adossé au port actuel, le nouveau port de pêche, dont les travaux sont en cours d’achèvement, sera mis en service cet été 2016. D’un investissement de 1.090 millions de dirhams, les travaux de construction de ce nouveau port permettront d’améliorer les conditions de travail des professionnels de la pêche en leur offrant, sur le même site, des installations modernes répondant à leurs besoins. Ils portent sur la construction des infrastructures de base sous forme de digues de protection et de quais et terre-pleins et celles dédiées à la réparation navale (darse pour portique à sangles, chantier naval,…). Il s’agit aussi de la réalisation des voiries, des réseaux divers et autres dépendances liées à l’exploitation du nouveau port (halle aux poissons, fabriques de glace, entrepôts frigorifiques, magasins pour les armateurs et mareyeurs, ateliers de réparation navale, bâtiments administratifs, voiries et réseaux divers,…).

Quant aux équipements et installation relatifs à la croisière, trois postes à quai seront dédiés à cette activité dont le plus grand sera d’une longueur de 360 m. Les travaux de réalisation de la  première phase d’extension du quai, adossé à la jetée principale, ont été achevés fin 2013. Le projet permet à la ville d’accueillir quelque 300.000 croisiéristes en 2020 et de 750.000 en 2025. Depuis quelques mois, «les plus grands paquebots de croisière ont commencé à faire un détour par Tanger ville. C’est le cas du norvégien Epic, un géant des mers de 310 mètres de long pour 4.100 croisiéristes qui a, dès décembre dernier, entamé ses escales sur Tanger ville», selon les responsables de ce projet.
Il est prévu aussi l’aménagement d’un terminal passager fast ferry comprenant trois postes à quai réservés à cette activité de croisière. Il s’agit aussi du projet de la mise à niveau et de modernisation de l’actuelle gare maritime, dont les travaux ont démarré en janvier 2016 et dureront 16 mois.
Dans le cadre du renforcement de l’attractivité touristique de la ville, ce projet prévoit la mise en place d’un téléphérique (sur une longueur de 2 km) permettant de relier la kasbah, le terminal croisière, les marinas et la place Faro. Ce moyen de transport écologique est une télécabine débrayable dotée de véhicules de 10 places assises, cadencées pour un débit de 2.800 personnes/ heure. «Un protocole d’accord a été signé avec un groupement pour la réalisation et l’exploitation  de cet équipement. Le montage financier est en cours et dès son bouclage les travaux démarreront», selon la même source.

Ce projet de reconversion, qui se veut très respectueux  de l’environnement, prévoit une superficie de 7.000 m² pour  la mise en place d’ombrières dans les zones de pré-embarquement et les zones d’attente pour véhicules et passagers de la gare maritime. Elles seront équipées de modules photovoltaïques et leur système de fixation assurera la couverture et l’étanchéité des allées. «Cette installation solaire permettra la production de 1 MW d’énergie propre au port de Tanger», tient à préciser la même source.
En ce qui  concerne les autres composantes urbaines,  ce projet ambitionne la réhabilitation de la muraille de la médina, dont les travaux ont commencé déjà à porter leurs fruits par leur contribution, à travers cette opération de restauration, à l’embellissement d’une grande partie du site touristique et historique longeant le port. Il prévoit de même la mise en place d’un centre d’artisanat  avec 24 magasins, qui sont prévus  d’être bientôt livrés et visant essentiellement  la réinsertion des marchands ambulants de la gare maritime. Il s’agit aussi de la construction d’une mosquée, dont l’état d’avancement des travaux est à 95 % (fin mai 2016). La superficie de ce nouveau lieu de culte est trois fois plus grande que celle de l’actuelle mosquée, prévue d’être démolie dans le cadre de ce projet de reconversion.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *