Laâyoune: 20 millions de dirhams pour l’identification des dromadaires

Laâyoune: 20 millions de dirhams pour l’identification des dromadaires

Une opération d’identification des dromadaires est lancée actuellement au niveau de la région de Laâyoune- Sakia El-Hamra. D’un coût de 20 millions DH, cette opération s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des actions prévues par le Plan Maroc Vert. Elle permettra de renforcer l’efficacité des programmes sanitaires et de reproduction des dromadaires via un système de puces électroniques et de boucles qui fonctionnent par radiofréquence de même qu’elle garantira la traçabilité et le suivi des mouvements de ces animaux dans toute la région contribuant ainsi à lutter contre le trafic d’animaux et à leur valorisation et promotion à l’export.

Grace à ce programme lancé par l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), chaque dromadaire portera aux oreilles une paire de boucles portant un numéro et une puce électronique activée, lue par un lecteur électronique de boucles. Les données concernant l’animal identifié et son détenteur sont enregistrées sur le lecteur et transmises vers la base de données nationale d’identification.
L’identification de ces dromadaires est un outil indispensable pour la gestion sanitaire et zootechnique du cheptel. Elle est devenue le point de départ et un préalable à toute action, intervention ou information sur les animaux et l’instrument majeur du suivi de leurs mouvements et de la traçabilité de leurs produits.

L’importance de l’identification des animaux se situe à plusieurs niveaux, et constitue notamment un moyen de surveillance et de contrôle des maladies animales (notamment contagieuses), un moyen pour assurer la maîtrise des actions et des interventions zootechniques (connaissance de filiation, des performances, évaluation des productions, information sur les animaux d’élevage…), et un outil de transparence dans les transactions.
Il est également à noter que l’élevage camelin joue un rôle socio-économique important dans l’économie des provinces du Sud. Les dromadaires sont une composante essentielle du patrimoine local. De plus, les productions du dromadaire sont très variées (lait, viande, laine…).

Les races existantes au Maroc et qualifiées de type «sahraoui» sont la race «Guerzni» de petite taille et de faible production laitière, la race «Marmouri» de taille moyenne et de bonne production laitière et la race «Khouari».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *