Laâyoune à portée de toutes les bourses

Laâyoune à portée de toutes les bourses

Lâayoune. 16 degrés à l’ombre. Sur le tarmac de l’aéroport Hassan Premier, pas d’autres avions que les petits appareils blancs marqués de l’inscription «UN». Appartenant à la Minurso, ils donnent l’impression de s’être échappés d’un film hollywoodien sur la  deuxième Guerre mondiale.
En ce 15 décembre 2006, l’ambiance est spéciale. L’omniprésent Chergui a enfin marqué une pause. Pas de vents de sable. Un soleil d’été. Une température chaude qui oblige plusieurs membres de la  délégation officielle, conduite depuis Rabat et Casablanca par Karim Ghellab, ministre de l’Equipement et du Transport, et Driss Benhima, P-dg de la Royal Air Maroc, de  se débarrasser des  vestes et pardessus. Dépaysement total pour ceux qui visitaient la capitale de la Sakia Al Hamra pour la première fois.
Pour les autres, le constat est inévitable. «Il y a quinze ans, il y avait des citernes partout, du sable… », se souvient le directeur général d’une agence de voyages casablancaise, venu prospecter le terrain. Aujourd’hui, point de citernes. «Laâyoune affiche un taux d’accès à l’eau de l’ordre de 90%, et  92% pour l’électricité ainsi qu’une couverture quasi-totale du GSM», explique un fonctionnaire à la wilaya.
Les immeubles ont remplacé les constructions hasardeuses. Les rues larges et droites sont prolongées par des trottoirs neufs et bien entretenus.
Une fierté exprimée par M. Y, habitant de Laâyoune,  qui estime que sa ville est la plus belle du Sahara. Sur le court trajet menant de l’aéroport au siège de la wilaya, les passants sont rares. Les rues sont peu animées. Des groupes d’hommes et de femmes, les uns enturbannés, les autres drapés de voiles multicolores, devisent tranquillement sur le pas de leurs portes .
Même l’avenue de la Mekka, pourtant réputée animée, est encore endormie. Exception cependant pour le souk Marsa, où la légendaire réputation des commerçants sahraouis s’apprécie à l’œil nu.
Dans la salle des congrès de la  wilaya, les élus des  communes de la Sakia Al Hamra sont au grand complet. En costumes des beaux jours, en «daraâ » bleue ou blanche pour la plupart ou encore en Djellaba, avec le razza de rigueur. A peine le mot de bienvenue du wali Mohamed Dryef et les discours de Karim Ghellab et Driss Benhima prononcés, les doléances fusent. Les uns demandent à Royal Air Maroc plus d’efforts. D’autres se plaignent des tarifs. Le représentant de Boujdour se préoccupe, quant à lui, du port et de l’aéroport de sa ville. Une préoccupation reprise par les élus de Tarfaya qui voudraient bénéficier d’un meilleur accès. La fierté des Rguibi et autres membres de la Tecna étant forte, un journaliste local appelle de ses vœux l’ouverture d’une agence régionale de la RAM à Laâyoune, «afin de ne pas être sous tutelle de la direction de Royal Air Maroc à Agadir. La phase des questions-réponses encadrées par le wali et auxquelles les deux invités de marque se sont prêtés avec aisance se poursuivra jusqu’à l’appel de la prière du vendredi. 
L’inauguration, prévue plus tard dans la journée, du programme d’assainissement liquide de la ville d’El Marsa, par le ministre de l’Equipement et du Transport et le lancement des travaux d’entretien de la voirie urbaine de la ville de Laâyoune viendront ponctuer la journée.

Laâyoune à  800 dirhams en week-end

Dans le cadre de l’offre «Tarifs Week-End» mise en place par la Royal Air Maroc, on peut rallier désormais Laâyoune pour 800 dirhams à partir de Casablanca. Avec cette formule, Agadir et Nador coûtent 700 dirhams ,   Dakhla 900 dirhams et des villes comme Marrakech, Tanger, Fès, Essaouira, Errachidia et Ouarzazate 600 dirhams à partir de la capitale économique. 
Avec la carte Inter +, autre nouveau produit,  le voyageur bénéficie d’une réduction de 50% sur l’ensemble du réseau domestique de Royal Air Maroc, sans aucune condition particulière, en Business ou en Economique. Disponible dans toutes les agences avec une validité de 2 ans, cette carte est gratuite entre le 15 décembre et le 15 mars 2007.
Au-delà de cette date, elle sera proposée aux individuels à un tarif de 1500 dirhams au lieu de 2000 actuellement. Le produit week-end, valable sur l’ensemble des vols intérieurs, varie entre 600 et 900 dirhams TTC. D’importantes réductions sont accordées aussi à ceux qui achètent leurs billets 3, 2, ou une semaine avant leur voyage.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *