Laâyoune: La situation de l’investissement dans la région examinée par la CREA

Laâyoune: La situation de l’investissement dans la région examinée par la CREA

La Commission régionale de climat des affaires (CREA) a organisé  récemment à Laâyoune une  rencontre pour faire le point sur le foncier et les investissements, et la présentation du bilan de ces derniers, en présence d’opérateurs économiques, de décideurs locaux, de représentants du secteur bancaire, des Chambres professionnelles et des Fédérations professionnelles.

Selon les participants à cette rencontre, l’accès au foncier est l’une des conditions essentielles pour soutenir et développer les investissements dans la région de Laâyoune-Sakia El-Hamra, chose qui ne peut se réaliser que par la conjugaison des efforts de l’ensemble des acteurs et intervenants des secteurs gouvernementaux, des instances élues, des acteurs publics et privés et des professionnels, experts et chercheurs.

D’après eux, il faut procéder à la mise en place d’un cadre général d’une bonne gouvernance foncière, qui répond aux besoins du développement socio-économique sans porter atteinte aux ressources foncières et environnementales, et ce en vue de développer la politique foncière et dépasser les problématiques liées à la gestion du secteur foncier.

Durant cette rencontre qui s’est déroulée en présence du wali de la région, Mohamed Bouchaâb, un bilan a été présenté sur les résultats du Centre régional d’investissement de Lâayoune-Sakia El-Hamra depuis sa création en 2003 jusqu’au premier semestre 2015, et qui a validé un total de 419 projets, confirmant ainsi le dynamisme sans cesse croissant d’une région promise plus que jamais à un avenir beaucoup plus prometteur.

La répartition de ces projets par secteur d’activité fait ressortir une prédominance des services (36,28%), suivis des BTP (20,76%), du tourisme (17,90%), de l’industrie agroalimentaire (13,13%), du commerce (5,01%) et de l’énergie et des mines (3,58%), selon des données du CRI.
Les investissements engagés s’échelonnent entre l’énergie et les mines (53,36 %), l’industrie agroalimentaire (28,10%) et le BTP (13,18%), alors que la primauté revient, en termes d’emplois générés, au secteur du commerce (24,90%), l’industrie agroalimentaire (21,90%), le BTP (20,35%), le tourisme (6,66%), l’énergie et les mines (4,35%) et le tourisme (3,79%).

Le nombre d’entreprises créées durant la même période s’élève à 2.549, réparties entre personnes morales (1.070) et personnes physiques (1.479), relève le document faisant observer que cet effectif se répartit entre le commerce (1.175), les services (786), l’agriculture et la pêche (344), le BTP (171), l’industrie (42), l’énergie et les mines (25) et le tourisme (6).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *