L’activité industrielle ralentit en juillet

L’activité industrielle ralentit en juillet

Décidément, ça ne s’arrange pas! La productivité des entreprises marocaines passe par des moments difficiles. Ainsi, l’industrie marocaine a bouclé le septième mois de cette année 2015 sur une note de morosité. Avec une majorité des industriels qui font état d’une décélération des ventes et d’un recul de la production par rapport au mois de juin 2015, l’industrie a perdu le goût de l’embellie en ce début de deuxième semestre 2015. De même, comparé au niveau du mois de juin, les évolutions de l’activité et du taux d’utilisation des capacités de production se sont inscrites dans la baisse. C’est ce qui est à retenir des résultats de l’enquête mensuelle de conjoncture dans l’industrie relative au mois de juillet 2015, publiée par Bank Al-Maghrib.

En effet, la production s’est inscrite en baisse pour 45% des industriels participant à l’enquête avec un solde d’opinion négatif de 16% au mois de juillet 2015. Aussi, dans son analyse, Bank Al-Maghrib explique que ce repli de l’activité a concerné l’ensemble des branches, à l’exception des industries «textile, habillement et cuir» où elle aurait stagné. Cependant, en glissement annuel, les industriels déclarent une amélioration de la production après trois années consécutives de repli enregistré durant le mois de juillet. Par ailleurs, la Banque centrale signale que les industriels sont majoritairement en accord sur le repli des ventes. Ainsi, 55% d’entre eux font état d’une baisse et 24% d’une hausse alors que les ventes ont enregistré une stagnation pour les 21% restants. À ce titre, la banque centrale signale que ce constat reste valable pour l’ensemble des branches à l’exception de l’«industrie agro-alimentaire» où elles se seraient accrues et le «textile, habillement et cuir» où elles auraient stagné. Cette contraction aurait concerné aussi bien les ventes sur le marché local que sur le marché étranger.

Dans ces conditions, le taux d’utilisation des capacités (TUC) aurait accusé, en juillet, une diminution mensuelle de 2 points à 73%, reflétant le repli dans l’ensemble des industries. Dans la chimie et parachimie en particulier, la baisse a été de 5 points, sous l’effet du recul de 15 points du TUC de la sous-branche «Cokéfaction et raffinage». Quant aux nouvelles commandes reçues, les industriels de l’ensemble des branches déclarent avoir reçu moins de commandes en juillet qu’en juin, à l’exception de ceux opérant dans les industries «textile, habillement et cuir» et «agro-alimentaire» qui les déclarent respectivement en amélioration et en stagnation.

Toutefois, si la conjoncture n’est pas très porteuse en ce moment, les entrepreneurs marocains tablent sur une amélioration prochaine. Ainsi, pour les trois prochains mois, les industriels s’attendent globalement à une progression de la production qui concernerait les branches «agroalimentaire» et «chimie et parachimie», alors que dans les branches «textile, habillement et cuir», «mécanique et métallurgie» et «électrique et électronique», les entreprises anticipent plutôt une baisse. De même, les industriels prévoient une amélioration des ventes globales, recouvrant d’une part une hausse dans l’«agroalimentaire», la «mécanique et métallurgie» et la «chimie et parachimie» et d’autre part, une baisse dans le «textile, habillement et cuir» et l’«électrique et électronique».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *