L’aéronautique du Maroc s’étoffe

Nouasser, Aéroport Mohamed V. C’est dans cette zone, et sur ce qui restait d’une base aérienne américaine datant du temps de la deuxième guerre mondiale, qu’un centre dont l’activité est liée à l’aéronautique a choisi, il y a trente ans, son quartier général. L’activité est celle de la maintenance et entretien d’avions, qu’assure le Centre industriel aéronautique. Une visite de presse, organisée le 3 juin dernier, a permis de lever le voile sur un secteur des plus porteurs. Etabli sur une surface couverte de 41,600 m2, le CIA (à ne pas confondre avec La CIA) est équipé d’un hangar avions de 4 cellules et d’un autre à deux cellules, dédié au Grand Entretien. A cela, s’ajoutent des ateliers de révision équipements, des magasins aéronautiques et un centre de contrôle non destructif. Particularité du centre, les 1250 agents qui veillent à son fonctionnement sont tous Marocains : 76 ingénieurs et cadres, 170 agents de maîtrise technique et quelque 642 techniciens aéronautiques… Des stages permanents de qualification et de perfectionnement sont organisés chaque année. La formation dispensée en 2002 équivaut à 7300 jours-hommes.  Autre particularité de taille, le Centre assure la maintenance d’avions appartenant non seulement à la RAM mais aussi à d’autres compagnies aériennes. Les principaux clients sont Air France, Air Mauritanie, Air Sénégal international, Cabo Verde Airlines.   
L’activité au sein du CIA est assurée 24/24, 7 sur 7.  La production annuelle de main-d’œuvre est de 420.000 heures. La capacité de maintenance va du petit entretien, avec trois catégories de visites (A, B et C), au grand entretien (Visites IL et D). L’entretien en ligne de la flotte RAM est assuré à la base principale de Casablanca, dans les escales marocaines par des techniciens affectés à chaque escale et dans les escales étrangères, par des compagnies étrangères sous contrat d’assistance.  Le taux de retards techniques est minime et ne dépasse guère 3%.  L’une des activités majeures du centre est la maintenance moteurs, réalisée par SNECMA Maroc Engine services (SMES), société filiale commune de SNECMA Services (51%)et Royal Air Maroc (49%).  Opérationnelle depuis avril 2000, la SMES s’occupe de la réparation de la famille de moteurs CFM56, notamment les CFM56-3 et CFM56-7. 90 ingénieurs et techniciens s’emploient à cette tâche. Le tout, dans deux locaux nouvellement créés (maintenance légère/ grande maintenance)  et qui seront suivis d’un autre. Ce dernier sera consacré aux modules /pièces. La SMES compte à son actif plusieurs compagnies clientes allant de Air One (Italie) à Karthago Airlines. Une courbe ascendante d’activités qui n’est pas prête de descendre, malgré la conjoncture actuelle, peu favorable au développement de l’aérien.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *