Lafarge Maroc : Baisse du chiffre d’affaires

Le chiffre d’affaires consolidé de la société  Lafarge Ciments (ciment, béton, granulés et chaux industrielle) a accusé une  baisse de 0,8 %, au terme de l’exercice 2004, à 2,962 milliards de dirhams,  contre 2,986 milliards en 2003, a annoncé, mardi à Casablanca.
Le résultat brut d’exploitation s’est établi à 1,443 milliards de dh,  s’inscrivant ainsi en hausse de 4,1% par rapport à 2003, a précisé M. Schmitz, lors de la présentation du bilan comptable de l’exercice 2004.
Le résultat brut d’exploitation avant frais financiers a progressé de 1,7 %  pour atteindre quelque 1,176 milliard de dh en 2004 au lieu de 1,156 milliards  en 2003, au moment où le résultat net a augmenté de 5,4 % à 826 millions de  dirhams, contre 784 millions de dirhams, a-t-il indiqué.
Par ailleurs, le chiffre d’affaires de l’activité ciments a atteint 2,718  milliards de dh, s’inscrivant ainsi en baisse de 1,4 %, alors que l’activité  bétons a réalisé un chiffre d’affaires en hausse de plus de 15,3 % (293  millions de dhs, contre 254 millions de dhs), a-t-il précisé.
M. Schmitz a indiqué que le conseil d’administration a décidé de proposer à  l’assemblée générale de Lafarge Ciments la distribution d’un dividende de 90  dhs par action, contre 75 dhs en 2003, soit une augmentation de plus de 20 %.
Pour l’année 2005-2006, M. Schmitz a estimé que le marché devrait continuer  de croître grâce aux programmes de logement sociaux, aux grands chantiers  d’infrastructure et pour cela la société Lafarge a décidé de poursuivre une  politique ambitieuse d’investissements industriels pour achever la  modernisation de ses outils et l’augmentation de ses capacités de production,  a-t-il souligné, précisant qu’une convention avec l’Etat portant sur une  enveloppe de 1,471 milliard de dhs est en cours de finalisation, dont la part  la plus importante concerne le doublement de la deuxième ligne de l’usine de  Bouskoura qui augmentera ses capacités de production de 900.000 tonnes. Ce plan d’investissement, a poursuivi, M. Schmitz, concerne également la  construction d’un parc éolien qui couvrira 40 % des besoins en électricité de  l’usine de Tétouan et participera à réduire de 38.000 tonnes par an les  émissions de gaz à effet de serre.
Le dispositif industriel dans les provinces du Nord sera lui aussi renforcé.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *