Lafarge Maroc réalise un résultat net en hausse de 10,4% en 2009

Lafarge Maroc réalise un résultat net en hausse de 10,4% en 2009

Après trois années de croissance soutenue de la demande du ciment, avec un taux de croissance annuel moyen de plus de 10%, Lafarge Maroc a enregistré un net tassement de cette tendance, avec un taux de progression de 3,4% en 2009. «Cet essoufflement résulte d’une évolution contrastée pendant l’exercice 2009. Le premier semestre a enregistré une évolution de 0,4% et une reprise de 6,1% au cours du second semestre, alors lors du mois d’octobre, Lafarge Maroc a enregistré un record historique des ventes mensuelles», a indiqué Pierre Damnon, administrateur-directeur général de Lafrage Maroc, lors de la conférence de presse, tenue lundi 19 avril, à Casablanca. «Nos ventes ont été également marquées par ce rythme à deux vitesses mais grâce à un déploiement commercial ciblé, nous avons pu améliorer notre part de marché qui est passée de 40,6% en 2008 à 41% en 2009. La progression de notre résultat d’exploitation et de notre marge opérationnelle apparaît très satisfaisante», a souligné M. Damnon. Le chiffre d’affaires du groupe est passé de 4, 914 milliards de dirhams en 2008 à 5, 441 milliards de dirhams en 2009, soit une progression de 10,7%.
Le résultat net du groupe est passé, quant à lui, de 1,686 milliard de dirhams en 2008 à 1,861 milliard de dirhams en 2009, soit une évolution de 10,4%. «Cette progression s’explique pour l’essentiel par les éléments suivants: l’augmentation de nos ventes de ciments de 4,2% par rapport à 2008, ainsi que la baisse sensible du coke de pétrole en 2009 après son envolée au cours de l’année 2008, partiellement compensée par la hausse du coût de l’électricité», a indiqué Hakim Benzakour, directeur financier. Par ailleurs, Lafarge Béton a enregistré une progression de ses ventes de 2,2%. Quant à l’activité granulats, elle a marqué une nouvelle croissance de son résultat d’exploitation de 21%. «La progression du résultat  net consolidé est limitée à 10,4% du fait notamment d’un résultat financier négatif de 13 millions de dirhams au lieu d’un résultat  positif en 2008 de 40 millions de dirhams, et d’une augmentation du taux moyen de l’impôt  par suite de la fin du taux dérogatoire dont avait bénéficié l’investissement de la première ligne de Tétouan», a expliqué le directeur financier du groupe. Côté perspectives, les responsables du groupe prévoient une légère progression de la demande de ciment (entre 1 et 2%) malgré la forte inflexion constatée au premier trimestre. «Nous avons constaté depuis le second semestre 2009 une légère reprise des ventes de ciment. L’importance des besoins en logements, la volonté des pouvoirs publics d’y faire face grâce à de nouvelles incitations à la construction et à l’acquisition de logements sociaux pour les revenus modestes et la classe moyenne, ainsi que les travaux d’infrastructure engagés nous laissent entrevoir une nouvelle année de croissance du marché 2010», conclut M. Damnon.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *