L’AFEM à couteaux tirés : Aicha Laasri Lamrani a-t-elle été démise de son mandat ?

L’AFEM à couteaux tirés : Aicha Laasri Lamrani a-t-elle été démise de son mandat ?

Aicha Laasri Lamrani nie catégoriquement avoir déposé sa démission. «Je suis la présidente actuelle de l’Afem en fonction de la loi. Je continue mon mandat et s’il y a un problème, ça sera à l’assemblée générale d’en discuter».

Que se passe-t-il au sein de l’Association des femmes chefs d’entreprises du Maroc? Tout porte à croire qu’une réelle fracture s’installe au sein de ses instances dirigeantes. Des tractations internes se déroulent pour l’heure afin de trouver une issue positive. Dans les coulisses, le Comité des sages de l’AFEM a dévoilé qu’un conseil d’administration a été tenu le 30 avril dernier à Casablanca.

Celui-ci a été convoqué par plus de la moitié de ses membres conformément à l’article 17.2 des statuts, explique la même source. «Cette réunion intervient dans un contexte marqué par des problèmes de gouvernance que connaissent les organes de décision et qui mettent en danger l’intérêt de l’Association», lit-on dans un communiqué du Comité des sages datant du 8 mai. Il explique que l’un des points à l’ordre du jour de ce conseil d’administration était de statuer sur la possibilité de la présidente nationale élue en juin dernier à mener à terme son mandat. Et pour cause : les multiples saisines de différents administrateurs. Le Comité des sages de l’association indique dans ce sens qu’«après avoir écouté la présidente nationale qui a énuméré les difficultés qui l’ont empêchée de mener à bien sa mission, les membres du CA présentes ont toutes, sans exception, affirmé que la présidente nationale n’était pas en mesure de poursuivre son mandat». Dans ce contexte celle-ci a annoncé qu’elle déposait sa démission, précise la même source. Contactée par ALM, Aicha Laasri Lamrani nie catégoriquement avoir déposé sa démission. «Je suis la présidente actuelle de l’Afem en fonction de la loi.

Je continue mon mandat et s’il y a un problème, ça sera à l’assemblée générale d’en discuter, ni le conseil des sages ni le conseil d’administration ne pourraient faire destituer une présidente de l’exercice de son mandat, cela n’existe nulle part ailleurs». Dans le camp adverse on parle d’une période de transition assurée par un comité déjà mis en place en attendant la prochaine AG et une réorganisation des instances de gouvernance. Ce comité se compose de cinq membres du conseil d’administration qui se sont portées volontaires pour effectuer cette mission.

«Toutes les décisions prises au niveau de ce conseil d’administration ont été consignées dans un PV dont une copie a été confiée aux deux huissiers de justice présents à cette séance, l’un représentant les membres du conseil ayant signé la convocation et l’autre représentant la présidente nationale», ajoute le Comité des sages. Conformément aux statuts de l’Afem qui stipulent dans l’article 15.1 qu’un conseil des sages est institué pour statuer et arbitrer dans tout litige ou conflit au sein du conseil d’administration ou au sein du bureau exécutif, ce dernier était représenté par quatre de ses membres à cette réunion, dont une a présidé la séance, relève la même source. Affaire à suivre …

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *