L’Afrique du Nord tributaire des investissements directs étrangers

Le constat fait l’unanimité chez les analystes. Le développement de l’investissement tel qu’il est traduit dans la majorité des stratégies des pays d’Afrique du Nord dépend essentiellement des flux des investissements directs étrangers 5IDE). Cette dépendance peut être interprété à plusieurs niveaux.
Pour le Centre de développement pour l’Afrique du Nord, il s’agit d’une solution face à la rareté des ressources voire du délaissement des sources d’endettement extérieur en raison des crises provoquées par ce moyen dans les différents pays de cette zone. Dans la période allant de 1998 et 2000, la moyenne annuelle de ces investissements s’est établie de près de 2500 millions de dollars. Il reste qu’au cours de l’année écoulée une décélération dans les investissements directs étrangers a touché la région de l’Afrique du Nord. Cette tendance a également concerné dans les pays développés qui d’ailleurs n’ont enregistré qu’une hausse de 21% contre 71% en 1999. Les flux des IDE dans le monde ont accusé un recul passant d’une hausse de 55% en 2000 à 18%, une année auparavant.
Cette décélération générale a touché la sous-région d’Afrique du Nord a atteint 10% en 1999. La croissance enregistrée dans la zone en 200 au titre des flux des IDE n’a atteint que les 3,3%. A ce propos, le Centre de développement pour l’Afrique du Nord avance que le Maroc est à l’origine de cette décélération. Cet organisme estime qu’après l’année 1999 une entrée des IDE de l’ordre de 850 millions de dollars (contre une moyenne de 53 millions de dollars au cours des six dernières années), le pays n’a pu réaliser en 2000 qu’une entrée de 200 millions de dollars.
En 2001, le volume global des investissements extérieurs engagé dans le royaume s’élève à 3 milliards de dollars. Par ailleurs, le taux d’investissement national a enregistré une évolution puisque pour l’année précédente, il a dépassé 24% du PIB.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *