L’Agence du bassin hydraulique du Souss-Massa et Drâa fixe ses priorités

L’Agence du bassin hydraulique du Souss-Massa et Drâa fixe ses priorités

Elle a tenu son conseil d’administration au titre de l’année 2018

La situation pluviométrique au niveau de ce bassin a été globalement déficitaire par rapport à 2016. Le taux de remplissage des barrages du Souss n’a pas dépassé 29% contre 48% pour ceux de Drâa.

L’Agence du bassin hydraulique du Souss-Massa et Drâa a tenu récemment son conseil d’administration au titre de l’année 2018, sous la présidence de Charafat Afilal, secrétaire d’État auprès du ministre de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, chargée de l’eau, présidente du conseil.

Le conseil d’administration de l’Agence du bassin hydraulique du Souss-Massa et Drâa a été consacré à la présentation du bilan de ses activités pendant les deux années 2016 et 2017, la situation hydrologique de l’année 2017, l’état d’exécution budgétaire des deux années 2016 et 2017, son projet de programme et de budget pour l’année 2018, l’audit financier pour l’année 2016, ainsi que les conventions et les accords conclus en 2016 et 2017.

Le conseil a été une occasion pour discuter les différents défis qu’affronte la région, notamment ceux qui concernent le déficit pluviométrique et les efforts déployés dans le domaine de la mobilisation des eaux et la protection de la population et les infrastructures contre les inondations. La situation pluviométrique au niveau de ce bassin a été globalement déficitaire par rapport à 2016. Le taux de remplissage des barrages du Souss n’a pas dépassé 29% contre 48% pour ceux de Drâa.

Dans son allocution, Mme Afilal a souligné que, conformément aux Hautes orientations de SM Mohammed VI, le gouvernement a établi un programme de priorités pour l’approvisionnement en eau potable et en eau d’irrigation, et qui comprend des mesures d’urgence, pour garantir l’approvisionnement en eau potable et d’irrigation, et aussi pour accélérer les investissements dans le secteur de l’eau en proposant des solutions innovantes et structurelles visant à améliorer l’approvisionnement en eau potable et d’irrigation, notamment pour les bassins les plus touchés par le déficit hydrique à l’horizon 2025.

Et d’ajouter que plusieurs barrages sont en cours de réalisation, dans les régions de Zagora, Taroudant et à Tinghir. Les travaux ont également été donnés au niveau du barrage Fask à Guelmim. Alors que dans le cadre du Plan d’urgence de protection contre les inondations dans les provinces du Sud, 15 projets ont été programmés, dont 7 sont déjà en chantier.

A rappeler que le secrétariat d’État chargé de l’eau participe avec le ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), dans le projet d’envergure de l’unité mutualisée de dessalement de l’eau de mer à Chtouka pour l’irrigation et l’alimentation en eau potable de la région du Souss-Massa, et qui consacre le plein engagement du Royaume en faveur d’un développement durable et respectueux de l’environnement.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *