L’agriculture au service du développement durable

L’agriculture au service du développement durable

« Mondialisation et accords de libre-échange et leur impact sur le monde rural » est le thème d’une journée d’étude organisée samedi 8 mai à Rabat. Cette journée a été organisée à l’initiative de la Commission de l’agriculture et de l’action rurale relevant du parti de l’Union socialiste des forces populaires (USFP).
Les exposés présentés au cours de cette rencontre se sont articulés autour de thèmes importants, notamment les questions du développement agricole et l’accord de libre-échange avec les Etats-Unis, et l’ouverture du Maroc sur l’économie mondiale et ses relations avec l’Union européenne.
Les intervenants ont également relevé les handicaps qui entravent le processus de développement du secteur agricole au Maroc, précisant que les déséquilibres structurels auxquels est confronté le secteur ainsi que la faible productivité due aux politiques de protectionnisme ont engendré une hausse des prix.
Cette situation, ont-ils ajouté, quoiqu’elle a encouragé les producteurs, s’est répercutée négativement sur la capacité compétitive de l’agriculteur marocain, surtout après la signature de plusieurs accords de libre-échange, eu égard à la faiblesse de l’offre à l’exportation.
Selon les intervenants, l’ouverture de plus en plus accrue sur l’économie mondiale requiert de s’impliquer activement dans le processus de mise à niveau du tissu économique et d’accorder une importance croissante aux ressources humaines, et plus particulièrement la mise à niveau de l’environnement de l’entreprise et l’attraction des investissements, outil indispensable pour résoudre les problèmes liés à la qualité, à la commercialisation et à la production.
Le Maroc, a-t-on souligné, est appelé à engager des réformes de fonds des différents secteurs d’activité, dans la perspective de mettre en place des mécanismes et des organismes à même de mieux répondre aux mutations rapides de l’économie mondiale.
S’agissant de l’accord de libre-échange avec les Etats-Unis, les participants ont souligné qu’une mise en oeuvre réussie de cet accord passe par la mise à niveau de l’agriculture marocaine, la promotion du monde rural à la faveur d’une stratégie cohérente.
Il est à rappeler que le secteur agricole a été l’un des principaux volets de négociations avec la partie américaine : les participants ont indiqué que les négociateurs marocains ont été conscients de la nécessité d’adopter une approche spécifique tendant à favoriser le développement du secteur, tout en répondant aux exigences du libre-échange.
Les intervenants ont conclu à la nécessité d’insuffler une nouvelle dynamique au secteur agricole pour le sortir du marasme, et de développer des politiques de commercialisation afin de mettre l’agriculture au service du développement durable.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *