L’agroalimentaire a d’énormes capacités de développement

L’agroalimentaire a d’énormes capacités de développement

L’industrie agroalimentaire (IAA) est la deuxième branche industrielle du pays avec près de 30% de la production industrielle totale. C’est ce que rapporte la direction des études et des prévisions financières du ministère de l’Économie et des Finances dans sa dernière publication sur les performances et perspectives du secteur de l’industrie agroalimentaire au Maroc. Aussi, il est à noter que 16 à 17% de la production de cette branche sont exportés annuellement. Ainsi, la place stratégique qu’occupe le secteur de l’IAA dans l’économie nationale n’est plus à démontrer. De ce fait, le secteur compte 1981 entreprises (moyenne de la période 2002-2008) représentant 25% du total des établissements industriels constitués principalement de PMI à hauteur de 95%. Par ailleurs, la production a atteint en moyenne 67 milliards de dirhams durant la période 2002-2008 dont près de 13,6 milliards de dirhams destinés à l’export. En 2009, les exportations du secteur ont atteint 16,6 milliards de dirhams. En outre, la valeur ajoutée a atteint en moyenne 22 milliards de dirhams. Quant à l’investissement total, il a été de 3,2 milliards de dirhams en moyenne sur la même période. Ce secteur présente des capacités de développement énormes vu les potentialités agricoles et agroindustrielles du pays. Toutefois, le il reste, dans son ensemble, caractérisé par un système productif fragile et structurellement faible, notamment au niveau des exportations. Par ailleurs, avec plus de 2,6 milliards de dirhams d’exportation et 5.670 emplois permanents en 2008, le secteur des fruits et légumes transformés occupe une position de choix dans le tissu économique et social national. Il participe significativement au développement de la production agricole en la valorisant et en assurant un débouché pour certains produits agricoles. Aussi, le secteur participe activement, à travers ses unités industrielles implantées dans les territoires, à la politique de décentralisation industrielle et au développement rural. Ainsi, pour renforcer le développement du secteur, les pouvoirs publics ont fourni d’énormes efforts dont notamment la mise en place du Plan Maroc Vert (PMV), l’intégration du secteur dans la stratégie industrielle du pays qui vise à couvrir les risques encourus par le secteur et à développer sa promotion en ciblant 17 marchés étrangers et enfin, l’engagement de mesures dans le cadre du Pacte pour l’Emergence industrielle. L’étude révèle par ailleurs que force est de constater que la composition du secteur de l’IAA est assez disparate.  En effet, la nomenclature en vigueur des activités économiques regroupe dans le secteur les branches industrielles relatives aux boissons, fruits et légumes, viandes, poisson, lait, corps gras, farines et gruaux, céréales, aliments pour animaux, tabac ainsi que d’autres produits alimentaires. En terme de taille, certaines branches sont caractérisées par un nombre important de petites unités comme l’industrie de fabrication des farines (pâtisseries modernes), alors que d’autres sont relativement concentrées (sucre, huiles de graines, lait). En ce qui concerne le marché, certaines branches sont plus orientées vers le marché extérieur (fruits et légumes, poisson), alors que d’autres sont exclusivement orientées vers le marché intérieur (branche des corps gras, industrie laitière, transformation des céréales, industrie des boissons, industrie des viandes). La branche des fruits et légumes est dominée par l’activité de conservation des légumes et des fruits, suivie des jus et des préparations à base de tomates.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *