L’Allemagne n’est pas tirée d’affaire avant 2013

La chancelière Angela Merkel a préparé, mercredi, ses compatriotes à une reprise laborieuse en se fixant pour objectif de ramener l’économie allemande à son niveau d’avant la crise en 2013. «Si nous retrouvons en 2013 le niveau d’avant la crise, alors nous aurons fait du bon travail», a dit la chancelière conservatrice sur un ton inhabituellement combatif devant les députés. «La récession va nous donner du travail pendant toute la législature, soit jusqu’en 2013», a-t-elle encore dit, alors que la première économie européenne a vu son Produit intérieur brut reculer de 5% l’an dernier, du jamais vu depuis 1945. Pour l’année en cours, Berlin espère un rebond de 1,5%. Cette prévision relativement modeste s’explique par des incertitudes sur les perspectives de l’économie allemande, alors que des mesures d’incitation à l’achat de voitures notamment ont pris fin et qu’une montée du chômage menace. Une autre inquiétude en Allemagne porte sur la difficulté des entreprises à accéder au crédit, ce qui pourrait étrangler la reprise. Mme Merkel a indiqué, mercredi vouloir «suivre l’évolution de la situation et prendre de nouvelles mesures si c’est nécessaire» pour apporter des liquidités aux entreprises. Elle défendait devant les députés le projet de budget 2010, qui prévoit un déficit record de 85,8 milliards d’euros.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *