Lancement à Sidi Kacem de la campagne agricole 2019-2020 : Les nouvelles dispositions dévoilées par Aziz Akhannouch

Lancement à Sidi Kacem de la campagne agricole 2019-2020 : Les nouvelles dispositions dévoilées par Aziz Akhannouch

La campagne agricole 2019-2020 démarre sous de bons auspices. Les anticipations sont positives quant à la réussite de cette nouvelle saison agricole lancée officiellement, mardi 8 octobre, dans la province de Sidi-Kacem, Région Rabat-Salé-Kénitra.

Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, confirme dans ce sens que tous les indicateurs sont bons pour atteindre une bonne récolte et ce après une campagne marquée par une irrégularité de la pluviométrie.

En effet, la campagne agricole 2018-2019 s’est caractérisée dans l’ensemble par une mauvaise répartition temporelle des précipitations, engendrant ainsi un retard de croissance des cultures, notamment les céréales et une baisse des rendements plus ou moins importante selon les régions. «La production céréalière moyenne a été résorbée par une bonne performance des autres filières, notamment les agrumes (+15%), les olives (+ 22%) ou encore la production de viandes rouges et blanches ayant progressé respectivement de 2 et 4%.

Espérons qu’on aura cette année une bonne pluviométrie pour réussir la nouvelle campagne», assure M. Akhannouch.  Dans l’attente des premières précipitations, le ministère de tutelle  dévoile une panoplie de mesures incitatives  pour la nouvelle campagne qui non seulement consolideront davantage le rendement de l’agriculture marocaine mais encourageront, également, l’investissement dans le secteur.

La finalité étant de développer une agriculture productive à forte valeur ajoutée et créer une nouvelle émulation à la veille du lancement de la nouvelle phase du Plan Maroc Vert. Tour d’horizon des principales décisions prises par le département de l’agriculture.

D’importants volumes d’intrants disponibles

Parmi les facteurs encourageants dévoilés par Aziz Akhannouch, la disponibilité des intrants. Le ministre déclare dans ce sens que son département a mis à la disposition des agriculteurs 2,2 millions de quintaux de semances selectionnées et ce à des prix incitatifs. A cet effet, les prix de vente subventionnés atteindront au titre de la campagne 2019-2020 les 175 DH le quintal pour le blé tendre, 195 DH le quintal pour le blé dur et 345 DH le quintal pour l’orge.

Le ministre de tutelle évoque, par ailleurs, le renforcement de la capacité de stockage à travers l’exploitation du nouveau centre de stockage de Berkane et la location d’entrepôts privés. Le circuit de commercialisation passera, pour sa part, de 350 à 500 points de vente au titre de la nouvelle campagne et ce conformément aux contrats conclus avec des distributeurs privés. Pour ce qui est des engrais, le ministre assure que le marché sera approvisionné à hauteur de 680.000 tonnes au même prix de la campagne précédente. Afin de garantir un usage rationnel et approprié des engrais, des cartes de fertilités de sols réalisées (8,7 millions d’hectares) seront exploitées avec un renforcement du conseil agricole.

Le financement et l’assurance agricole renforcés

Le montant de subventions prévisionnel pour 2020 devrait croître de 1% par rapport à l’année précédente. Il devra se situer à près de 3,91 milliards de dirhams et ce pour un investissement global de 8 milliards de dirhams. Une décision qui illustre pleinement l’engagement de l’Etat à renforcer son appui dans le cadre du Fonds de développement agricole (FDA) à travers des aides pour l’équipement en systèmes économes en eau, l’intensification de la production, l’équipement et la création d’unités de valorisation et pour la promotion des exportations. De son côté le Groupe Crédit Agricole du Maroc déclare prendre les dispositions financières et réglementaires necessaires pour répondre aux demandes de financement de la campagne agricole dans les meilleures conditions. De même, de nouvelles dispositions ont été définies en matière d’assurance agricole, notamment en termes de déclaration des sinistres.

La tutelle assure, par ailleurs,  que de nouveaux produits seront développés pour les plantations. En ce qui concerne les filières de production, l’exécution des 19 contrats programmes conclus entre le gouvernement et les professionnels se poursuivra. De même, la mise en œuvre des dispositions du contrat programme des industries agroalimentaires sera maintenue. La nouvelle campagne connaîtra par ailleurs la signature d’un contrat programme avec les professionnels de la filière fruits rouges ainsi que l’opérationnalisation de la loi sur les interprofessions agricoles. La tutelle prévoit par ailleurs plusieurs actions en termes de labellisation et de valorisation des produits biologiques.

Citons à cet effet la préparation des textes d’application de loi relative aux signes distinctifs d’origine et de qualité (SDOQ), l’accompagnement des producteurs ainsi que la formation et la sensibilisation. Des opérations d’encadrement des agriculteurs menées à l’échelle de l’ensemble des filières de production sont également au programme renforçant ainsi les efforts consentis en termes de protection phytosanitaire et de protection de la santé animale.

Pour une meilleure gestion des périmètres irrigués

Des mesures rigoureuses sont également prises en termes d’irrigation. Le ministre a en effet insisté sur l’obligation de rationaliser les disponibilités en eau au niveau des périmètres irrigués. Il a dans ce sens exigé la programmation d’une superficie de 487.000 hectares pour l’irrigation au niveau des grands périmètres dont 23% pour les céréales.

La tutelle a également prévu la poursuite de la mise en œuvre du Programme national de l’économie d’eau d’irrigation (PNEEI). Ceci passe par la programmation de l’équipement des exploitations en système de goutte-à-goutte sur 50.000 hectares supplémentaires. Cet engagement portera la superficie équipée à 635.000 hectares.

Il sera également procédé à l’achèvement des travaux de modernisation du réseau d’irrigation pour la reconversion collective en irrigation localisée sur une superficie de 120.000 hectares ainsi qu’à la poursuite des travaux du programme national d’extension de l’irrigation sur une superficie de 85.000 hectares au niveau de l’aval des barrages réalisés ou programmés.

Les principales réalisations de la campagne 2018-2019

Agrumes : La production a atteint un niveau record de 2,62 millions de tonnes, en hausse de 15% par rapport à la campagne précédente.

Olives : La production pour la campagne 2018-2019 est estimée à 1,91 million de tonnes, soit une hausse de 22% par rapport à la campagne précédente. Cette production a été réalisée sur une superficie totale de près d’un million d’hectares avec un rendement moyen de 2 tonnes par hectare, ce qui représente une hausse de 11,1% par rapport à 2017-2018 (1,8 t/ha).

Cultures sucrières : La production est passée de 4,30 millions de tonnes à 4,46 millions de tonnes, en hausse de 8%. Le taux de couverture du besoin national en sucre est porté à 49%.

Filière maraîchère : Des performances remarquables ont été atteintes durant la campagne 2018-2019, avec une production additionnelle de 200.000 tonnes par rapport à la campagne précédente. Le volume de la production pour l’ensemble de ces cultures a dépassé les 8 millions de tonnes. 

Viandes rouges : La production a augmenté de 2% pour atteindre 603.000 tonnes durant la campagne 2018-2019.

Viandes blanches : Un volume de 720.000 tonnes a été produit marquant une hausse de 4%.

Production des œufs de consommation : La production a augmenté de 5% pour atteindre les 6,6 milliards d’unités.

Exportations : Le volume des primeurs a grimpé de 7% à l’export dont 2% pour les tomates. Celui des agrumes s’est consolidé de 6%. Un volume destiné principalement à la Russie (40%), l’Union européenne (33%) et l’Amérique du Nord (18%).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *