Lancement de 23 projets intégrés de la politique de la ville

Lancement de 23 projets intégrés de la politique  de la ville

«Faire participer les citoyens à la conception de projets urbains au profit de leur ville en vue de créer une concurrence et donner l’exemple aux habitants d’autres cités du Royaume». C’est l’ambition affichée par Mohamed Nabil Benabdellah, ministre de l’habitat, de l’urbanisme et de la politique de la ville, en annonçant, vendredi à Rabat, le lancement d’un premier lot de 23 projets intégrés de la politique de la ville. Des chantiers dont les travaux démarreront cette année dans 14 régions, et se poursuivront jusqu’à 2017 pour un montant global de 8,9 milliards de dirhams. Le ministère de tutelle y contribue à hauteur de 21% en recourant, selon M. Benabdellah, au fonds de solidarité. A leur tour, 53 collectivités territoriales, 15 départements  ministériels et 8 établissements publics mettent la main à la pâte.
Sur les 23 projets conventionnables, selon le ministre, 16 sont consacrés à la requalification urbaine intégrée avec un goût global de 6,7 MMDH. «Il s’agit, dans ce sens, de certaines villes disposant déjà de projets», a précisé le directeur du département chargé de l’habitat en citant l’exemple de Dakhla, Smara, Marrakech, Kelâa Sraghna, El Jadida, Khouribga, Taza, Ifrane et Asilah, entre autres. Pour Monsieur Habitat, la mise en œuvre de ces projets requiert la contribution de tous les acteurs concernés et la participation active et citoyenne de la population locale. A ses yeux, «la participation de la population concernée est un gage de réussite de ces projets».
Pour leur part, les anciennes médinas ne sont pas en reste. Le ministère de tutelle a réservé une enveloppe de 1,4 MMDH à quatre projets de réhabilitation de bâtiments menaçant ruine et des monuments historiques, entre autres, notamment dans les villes de Fès, Meknès et Essaouira.  
Dans le cadre de sa politique de la ville, le département de tutelle a également consacré trois projets de création et de relance de nouveaux pôles urbains intégrés à Kénitra, Tamesna et Tagadirt d’un montant de 546 millions DH.
Outre lesdits projets, le ministère se penche parallèlement sur l’étude de 15 autres projets au niveau local qui seront conventionnés avant la fin de l’année en cours. A cet effet, le département de Nabil Benabdellah tend à la création d’un comité interministériel de la politique de la ville. Il entend également prévoir une loi d’orientation de la politique de la ville et une autre pour le traitement du bâti menaçant ruine. Comme il envisage de créer une agence de rénovation urbaine et de traitement du menaçant ruine, ainsi qu’une société d’étude et d’expertise.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *