L’ANP veut optimiser les performances du port d’Agadir

L’ANP veut optimiser les performances  du port d’Agadir

Le port d’Agadir sera doté d’un schéma directeur énergétique qui analysera les besoins du port en énergie électrique et permettra à l’Agence nationale des ports (ANP) d’accompagner le développement des activités portuaires. Le développement des infrastructures portuaires et la diversification des partenaires internationaux du port font en effet de ce dernier un maillon incontournable du développement de la région Souss-Massa. Pour faire face à ce développement il est indispensable de faire le point sur les besoins du port en énergie électrique, et envisager les renforcements nécessaires pour pouvoir satisfaire l’ensemble des intervenants au sein du port.

Il s’agit notamment de prendre en compte les différents programmes d’investissement prévus par les opérateurs et inscrire le port dans le processus de transition énergétique en le dotant d’un éclairage intelligent de consommation optimale. Pour ce faire l’ANP recrutera le 19 avril un prestataire pour l’élaboration de l’étude du schéma directeur énergétique et qui va comporter une série de mesures pour la mise à niveau du réseau électrique actuel du port d’Agadir, étudiera les nouveaux besoins introduits par l’évolution que connaît ce port, ainsi que la faisabilité d’un éclairage intelligent du port procurant une meilleure sécurité génératrice d’une meilleure consommation énergétique réduite. Ainsi il sera procédé à l’identification des anomalies et non conformités qui affectent le réseau et portent préjudice à l’exploitation et compromettent la sécurité des personnes et des biens. Et la proposition de solution d’amélioration des performances du réseau en termes de sécurité, de maintenance et de gestion.

Ce schéma devra intégrer les nouvelles technologies (LED, énergie solaire, télégestion, système de détection de présence et luminosité) dans l’éclairage du port pour le rendre capable d’assurer les fonctions de sécurité et confort avec un coût minimum via une gestion dynamique appropriée. Ainsi, les résultats attendus de cette étude permettront de lancer des actions pour la rénovation du parc d’éclairage du port public et interne, l’optimisation des coûts liés à l’exploitation, la maîtrise des coûts de rénovation, de maintenance, et des dépenses d’énergie.

Il va sans dire que la stratégie portuaire nationale prévoit de traiter un trafic global annuel de commerce de 16 MT à l’horizon 2030 au niveau du port d’Agadir. Selon ce document en tant que port d’équilibre régional ce port devient un concurrent de Casablanca sur l’hinterland éloigné de Casablanca (zone de Marrakech). Il peut devenir aussi un port majeur pour les escales de croisière de la sous-région, en appui de la stratégie nationale de développement touristique. Compte tenu des capacités encore disponibles pour le commerce, celles-ci peuvent être valorisées et optimisées pour desservir un large hinterland régional. Il verra aussi un déplacement de son poste pétrolier pour recevoir des tankers de 60.000 TPL et deux extensions de quais pour les conteneurs et les vracs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *