L’ANP veut transformer le port îlot de Dakhla en port de plaisance et de sports nautiques

L’ANP veut transformer le port îlot de Dakhla en port de plaisance et de sports nautiques

Cette infrastructure sera requalifiée vers d’autres activités mieux adaptées

L’Agence nationale des ports (ANP) commanditera dans les semaines prochaines une étude portant sur l’identification de nouvelles alternatives pour la requalification du port îlot de Dakhla, et la reconversion de ses activités en adéquation avec les potentialités et les contraintes environnementales de la région contre trois millions DH.

A travers cette étude l’ANP souhaite requalifier  ce port vers d’autres activités mieux adaptées. Cela passe nécessairement par la définition d’un concept et d’un scénario de développement (aménagements maritimes et terrestres), en identifiant les nouvelles opportunités de business et de nouvelles vocations pour ce port, en parfaite adéquation avec les potentialités en contraintes environnementales de la région.

Selon l’appel d’offres lancé par l’ANP, le Nouveau modèle de développement des provinces du Sud lancé par Sa Majesté le Roi en 2015 a pour objectif le renforcement du rayonnement du Sahara comme centre économique et comme trait d’union entre le Maroc et son prolongement africain.

Le programme de développement 2016-2021 en matière portuaire et maritime des régions du Sud prévoit, entre autres, la construction d’un nouveau port dans la région de Dakhla-Oued Eddahab, et la requalification du port îlot de Dakhla.

Ce nouveau port prévu également par la Stratégie nationale portuaire à l’horizon 2030 en eau profonde extérieure à la baie de Dakhla permettra de soutenir le développement économique, social et industriel régional dans tous les secteurs productifs. Il dotera la région d’un outil logistique moderne et évolutif à la hauteur de ses ambitions de développement.

Il  valorisa également les ressources des petits  pélagiques en mettant en place des  infrastructures portuaires et des espaces industriels bord à quai offrant les meilleures conditions de compétitivité à l’ensemble de la filière de pêche.

Ainsi la construction de ce port qui absorbera la majorité du trafic du port actuel permettra de développer l’activité touristique de la baie de Dakhla compte tenu de ses qualités et de son potentiel naturel. Le port actuel pourra évoluer vers un port de plaisance et de sports nautiques, à passagers (ligne maritime avec les Canaries), et éventuellement de croisière grâce à son atout majeur de liaison directe mer-désert, avec un aménagement pertinent de son interface avec la ville.

D’ailleurs, le domaine public portuaire du port de Dakhla comprend également une zone d’activité portuaire (ZAP) de 270 ha située à l’enracinement de l’accès du port îlot, en bordure de la lagune, qui pourrait être affectée à des activités touristiques d’animation et de loisir.

A noter que cette baie immense de 400 km attribue trois statuts de reconnaissance  environnementale à l’échelle internationale (zone humide d’importance internationale, zone importante pour la conservation des oiseaux et site d’intérêt biologique et écologique) à la région qui dispose aujourd’hui d’importants atouts pour un développement harmonieux, articulé autour de 4 socles que sont la pêche, le tourisme, l’agriculture et l’énergie éolienne.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *