L’appel de casablanca

Animant une conférence sur "Le débat économique de l’heure : relancer la  croissance", organisée vendredi soir à Casablanca par l’Association  "Alternatives", MM. Driss Benali, Abdelali Benamour (professeurs universitaires  d’économie), Hassan Chami, président de la CGEM, Abdeljalil Grefet-Alami  (expert en économie sociale) ont mis l’accent sur la nécessité impérieuse  d’harmoniser la cadence des reformes menées au Maroc avec le temps de la  mondialisation afin d’éviter à l’économie nationale la perte d’une bataille  très acharnée et de  permettre au Maroc d’occuper la place qui lui  échoit dans la nouvelle configuration des pôles économiques mondiaux.
Ces réformes intégrées et ciblées doivent impérativement être encadrées par  des législations inscrites dans le temps pour doter le Maroc d’un cadre  juridique évolutif capable de répondre aux changements perpétuels que connaît  notre monde, notamment au plan économique et commercial, et par conséquent  d’une attractivité durable des investissements, ont-t-ils souligné. La mise à niveau de l’économie nationale engagée par les pouvoirs publics ne  pourrait porter des fruits sans passer par des réformes,  audacieuses et débarrassées de tout réflexe de frilosité susceptible d’entraver  l’aboutissement des projets de réformes, ont-t-ils estimé.
Et d’expliquer toutefois qu’une croissance économique ne pourrait à elle  seule permettre au Maroc de rattraper le retard socio-économique accumulé au  fil des ans sans un réalisme qui implique parfois  de "dénoncer ceux qui refusent ce passage obligatoire".
"Les réformes ne manquent pas, mais ce sont les décisions qui sont en  défaut. Un manque amplifié par notre rapport avec le temps", a fait remarquer  M. Chami.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *