L’assainissement de fès en marche

La ville de Fès, plus précisément l’ancienne médina est bâtie sur une nappe d’eau. Les différents oueds sortent de leurs lits pratiquement chaque hiver.
La régie autonome de distribution d’eau et d’électricité de la ville, la RADEEF, s’active tout particulièrement en matière d’assainissement liquide.
Les comptes de l’exercice 2000 et le budget prévisionnel pour l’année 2002 ont été passés au crible, lors du conseil d’administration de la RADEEF, en présence du gouverneur de la wilaya, M. Lahoucine Tijani. Après l’approbation des comptes de l’exercice 2001, des bilans et des audits, les investissements durant l’année 2000 ont été précisés. Ainsi, les fonds injectés en 2000 se montent à 99 millions de DH, dont 43 % destinés au secteur de l’assainissement.
Pour l’année 2001, le budget de 222 millions de DH, s’articule à hauteur de 60 % par la régie et 40% par la Banque Mondiale. L’enveloppe se répartit pour 57 millions de DH pour l’eau, 34 millions de DH en matière d’électricité et 131 millions de DH consacrés à l’assainissement. Notons que la Banque Mondiale intervient dans le financement du projet d’assainissement et le renforcement des réseaux d’électricité. Le plan d’action concocté en collaboration avec l’institution financière repose dans un premier volet sur la mise en place d’un intercepteur «amont» de 4 km et de 20 mètres de profondeur. L’opération consiste en le raccordement des zones sud et centre de la wilaya. Il s’agit de mettre sur pied la desserte de la zone Bensouda. Objectifs : assurer les grands travaux pour la collecte dans les zones de Bab Siffer, Jnanate, Ain Nokbi, de l’ouest et du sud et le quartier Moulay Abdellah. Par ailleurs, la liaison canalisée entre la zone Bensouda et celle de Brahim, est également à l’ordre du jour. Des travaux de réhabilitation du réseau de la médina, de Fès-Jdid et de certains collecteurs de la ville nouvelle bénéficieront aussi de ce budget.
Ambitions affichées : restructuration et modernisation de l’ossature du réseau d’assainissement et résolution du problème d’évacuation des eaux usées et pluviales sur l’ensemble de la surface urbaine. Quant au volet relatif à l’eau potable, les projets ont porté sur le renforcement de l’alimentation de la zone Bensouda et le lancement du renouvellement de l’ancien réseau. Le nombre des branchements sociaux réalisé, à fin 2001, s’élève à 40.000 points, desservant 200.000 habitants. En matière d’électricité, les efforts ont visé l’extension du poste source Fès-sud, la reconversion du réseau 5,5 kv en 20 kv et d’une partie du réseau basse tension. Pour l’heure, la REDEEF installe un système informatique intégré de gestion, mettant en liaison l’ensemble des agences à la centrale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *