L’audiovisuel : la réforme attendue

Le projet de loi sur la réforme de l’audiovisuel est bien avancé. La Commission de la Défense et des Affaires etrangères relevant de la Chambre des Représentants devrait en principe, cette semaine, se prononcer définitivement sur le texte. Ce dernier a déjà fait l’objet d’amendements mais qui ne sont pas de nature à modifier l’esprit de la réforme. Dans sa sortie au Parlement, M. Mohamed Achaâri, ministre de la Culture et de la Communication a indiqué que, «l’ouverture du secteur de l’audiovisuel doit être contrôlée afin que le paysage médiatique national ne se transforme en un espace éparpillé, ce qui pourrait être dangeureux pour l’identité et la culture nationale». Selon le ministère, la réforme permettra aux investisseurs de créer des stations à condition de respecter les dispositions des cahiers de charges. Il reste que 2M a pu obtenir l’autorisation de lancer sa station radio sans répondre à aucun cahier de charges, alors qu’auprès du ministère de la Communication plusieurs dizaines de demandes de création de radios restent pour le moment sans réponse. Il se trouve qu’un deal a été passé avec la deuxième chaîne pour bénéficier de l’autorisation. Celle-ci s’est engagée à diffuser uniquement de la musique et de la promotion de ses programmes télévisuels. Mises à part les récentes déclarations du ministre de la Communi-cation, aucune information ne filtre sur le dossier de la réforme. Nous avons essayé d’avoir plus de détails sur les dispositions du projet de loi au niveau du ministère de tutelle mais sans succès. Par ailleurs, nous avons appris que la TVM et le SAP n’ont pas été impliqués dans l’élaboration des textes de cette réforme. Une chose est sûre : la réforme de l’audiovisuel porte sur la transformation de la MAP, de la RTM et du Service Autonome de Publicité (régie publicitaire de la TVM) en société anonyme. Une disposition qui permettra à ces structures étatiques de bénéficier de plus de liberté dans leur action et d’éviter les lourdeurs administratives. Le projet de loi porte également sur l’éclatement de la RTM en trois entités autonomes. La première sera dédiée à la télévision. Concernant la deuxième et la troisième, elles seront consacrées à la radio et à la diffusion. Le projet de loi sur la réforme de l’audiovisuel prévoit la création du Conseil Supérieur de l’Information et de la Communi-cation. Reste à dire que la réforme de l’audiovisuel ne se résume pas à une décision politique. Sa concrétisation nécessitera pas moins de deux ans voire trois ans.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *