Le bien commun vu par la BP

Entreprendre pour le bien commun. Telle est la nouvelle signature de la campagne de communication institutionnelle lancée, depuis le 15 février dernier, par le Groupe Banques Populaires. Une campagne qui s’inscrit dans la continuité de la stratégie adoptée pendant pas moins de quatre décennies par le groupe et dont le credo reste la proximité et l’intérêt général. C’est donc fort d’un capital d’entreprise citoyenne et d’une image de banque populaire et solidaire que le groupe, la première institution bancaire marocaine à voir le jour après l’indépendance, se promeut comme un moyen de fédérer des valeurs telles que le sens du partage et la volonté collective de progrès.
Les mots d’ordre sont l’accompagnement de tout un chacun dans ses projets et dans ses choix d’évolution, et la confiance, dans les potentialités de tous. Des mots qui se traduisent par l’implication de la banque auprès des jeunes promoteurs, de la PME, des artisans… La formule des micro-crédits, véritable cheval de bataille du groupe, est là pour prouver le soutien de cette institution aux activités à forte incidence socio-économique. Sans oublier la solidité des liens entre l’institution bancaire et les Centres régionaux d’investissement (CRI). Quelque 80 000 prêts ont été octroyés en 2002 pour un montant cumulé de 362 millions de DH.
Une portée financière doublée d’un aspect humain qui a fait que le groupe peut se targuer d’être une banque à vocation régionale, disposant d’un réseau de 15 banques populaires régionales et du plus grand réseau bancaire (404 agences) et monétique du pays (311 GAB). A l’échelle internationale, la politique du groupe à l’égard des RME compte quatre générations de clients avec un réseau de 34 délégations à l’étranger couvrant 12 pays. Ils sont actuellement près de 140.000 MRE, représentant 60% des parts du marché en ressources MRE, à être sociétaires du groupe. Un chiffre auquel s’ajoutent 41 279 entreprises et 237 321 particuliers.
L’adoption des nouveaux statuts de la Banque centrale populaire et sa transformation en société anonyme en 2001 apporte d’ores et déjà ses fruits. Le groupe a conforté sa position de leader sur le marché national, ne cédant la première place qu’en coefficient d’exploitation et en rentabilité financière où il est classé respectivement 2ème et 3ème. L’encours des dépôts a enregistré une évolution de plus de 5 millions de DH pour atteindre, au terme de l’exercice 2002, 72 353 millions de DH.
Le groupe a également maintenu sa première position quant à la part du marché qu’il occupe et qui avoisine les 29%. L’encours des crédits à l’économie, dont le groupe est aussi le leader, a également augmenté de plus de 10% atteignant 33 065 millions de DH à fin décembre dernier. Le groupe a, par ailleurs, procédé à la constitution des dotations aux provisions assurant la couverture intégrale de ses créances en souffrance nettes de garanties. Des résultats positifs qui ont fait que Standard & Poor’s a reconduit pour la troisième année consécutive la notation B à court terme avec des perspectives stables de développement. Un développement, d’abord à moyen terme, que le groupe a établi sur la période 2002-2005 et qui sera basé, entre autres, sur la consolidation des parts de marché de la banque en dépôts et en emplois et l’extension du réseau bancaire qui compterait 530 points de vente en 2005. le tout avec une amélioration du nombre de clients qui passera de 1900 000 enregistrés en 2002 à 2 500 000 en 2005.
Les principales orientations du groupe demeurent intactes. Parmi elles, figure la promotion du sociétariat. La campagne institutionnelle en cours en est une.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *