Le CIH poursuit son redressement

Le CIH poursuit son redressement

Le CIH continue d’assainir ses anciens dossiers et de redresser sa situation. C’est ce qui se dégage des résultats financiers du Crédit immobilier et hôtelier (CIH) à fin juin 2013. «Tous nos indicateurs sont au vert en ce premier semestre et nous espérons que le deuxième semestre se déroulera dans la même tendance», a déclaré Ahmed Rahhou, président-directeur général du CIH, lors de la présentation des résultats de la banque tenue, lundi 23 septembre à Casablanca.

En effet, le CIH performe en cette première moitié de 2013 avec des résultats contrastant fortement avec la conjoncture sectorielle marquée par la montée des risques au niveau du secteur bancaire. Ainsi, à fin juin 2013, le CIH ressort avec un résultat net consolidé (périmètre de consolidation élargi avec l’intégration de la société hôtelière Tivoli) en hausse de 27,9% à 237,6 millions de dirhams, et un résultat net part du groupe en progression de 33,5% pour s’établir à 245,1 millions de dirhams. «Pour l’unité hôtelière Tivoli, il s’agit d’une acquisition fruit d’un arrangement mais que nous allons garder pour une période définie avant de nous en séparer définitivement, puisque la gestion d’actifs hôteliers n’est plus la vocation du CIH», a expliqué M. Rahhou.

Pour sa part, Lotfi Sekkat, directeur général délégué du CIH, a expliqué que «la contribution des filiales au bénéfice consolidé a augmenté de 17,4% grâce aux apports positifs de CIH Courtage, de Tivoli et de Maroc Leasing». Et de poursuivre: «Cependant, le résultat aurait pu être meilleur si les réalisations de Sofac, notre filiale de crédit à la consommation, n’avaient pas été impactées négativement par le dénouement d’un litige fiscal qui a induit une charge complémentaire de 28 millions de dirhams dans ses comptes et in fine dans les comptes du Groupe».

Les comptes globaux consolidés présentent ainsi des performances remarquables dans une conjoncture où le taux de croissance des grands indicateurs bancaires est à des niveaux plus bas que ceux de l’année dernière.
«Le CIH est assez actif aussi bien au niveau de la collecte des dépôts que de la levée des fonds sur le marché avec une prime de risque très satisfaisante et globalement le coût du risque reste très maîtrisé avec même un niveau inférieur à celui de l’année précédente alors que la tendance dans le secteur est plutôt à un accroissement du risque», a souligné M. Rahhou.
Et de conclure : «Globalement, le CIH a réalisé, au cours du premier semestre 2013, des performances en ligne avec ses objectifs annuels et stratégiques tout en consolidant ses indicateurs de productivité, de maîtrise et de rentabilité aussi bien en termes commercial que financier».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *