Le Crédit Agricole maintient le cap

Le Crédit Agricole maintient le cap

La reprise de l’activité de banque commerciale de la BNDE par le groupe Crédit Agricole du Maroc connaît une nouvelle avancée avec la signature des conventions relatives à l’acquisition des actifs fonciers du siège et du réseau de la BNDE.  Un sujet évoqué, lundi 11 avril 2005, lors de la réunion du Conseil de surveillance du Crédit Agricole du Maroc. Présidée par le Premier ministre, la rencontre était consacrée à l’examen des comptes de l’exercice 2004 et à l’approbation du budget prévisionnel pour l’année en cours. L’année 2004 aura surtout été celle de la transformation du CAM en Société anonyme et du lancement d’un plan stratégique dénommé «Cap 2008».
Doté d’un nouvel organigramme, segmenté en trois marchés (agriculture, agro-industrie et particuliers), la nouvelle entité fait état d’un bilan satisfaisant. Dans son intervention, le président du Directoire, Tariq Sijilmassi a présenté aux membres du Conseil de surveillance, les principaux résultats de l’exercice précédent. Accroissement des dépôts de l’ordre de 24,3%, baisse des emprunts extérieurs de 38,4%, engendrant une baisse du coût des ressources etc. La banque agricole est bien loin de ces années de léthargie. Les créances en souffrance sont restées à leur niveau de 2003 et le portefeuille clientèle  fait état  de 325 000 titulaires d’un compte au CAM dont 261 928 ayant un encours de crédit.
D’autre part, en 2004, le PNB de la banque a progressé de 16,5%, et le RBE de 27,9% par rapport à 2003.
Concernant la BMAO qui, notons-le avait repris le réseau BNDE, les chiffres dénotent aussi une progression de l’activité. Le PNB de cette structure est passée de 72,2 millions de dirhams en 2003 à 95 millions en 2004. Il y a une année, le résultat net de la BMAO était négatif de 428,5 millions de dirhams. Sur l’exercice 2004, la banque dégage un montant de 58,5 millions de dirhams. Consolidé, le nouveau CAM peut désormais se pencher sur son plan stratégique. Pour Tariq Sijilmassi, les nouvelles orientations de la banque doivent conjuguer avec sa mission première de «banque verte» et sa politique de banque moderne et généraliste. Une philosophie reflétée par la nouvelle offre de produits et services. Dans ce cadre, 100 GAB seront ouverts en 2005 et la banque évoluera au rythme d’une cinquantaine de nouvelles agences bancaires par an.
L’accent sera mis aussi sur le renforcement de l’encadrement avec la formation et le recrutement de nouveaux profils et l’adoption des solutions novatrices pour le financement de l’agriculture. Dans l’odre du jour, la révision des crédits, le scoring et, entre autres, la création des services en milieu rural. De même un plan global sera arrêté avec les autorités pour l’assainissement du portefeuille créances en souffrance de la banque. Il reste juste à préciser les contributions du CAM et de l’Etat. 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *