Le CRI de Casablanca fait son bilan….

Le Centre Régional d’Investissement (CRI) de Casablanca qui vient de souffler sa première bougie est sur un bon timing. Les dossiers d’investissements ne traînent pas. Entre deux jours et une semaine, alors qu’ailleurs, un dossier de création d’entreprises peut traîner pendant deux mois. Il ne fait pas donc pas de doute que le regroupement de différents services comme l’OMPIC, le Fisc, la CNSS, facilite la tâche aux investisseurs. En attendant, la mise en place d’un véritable guichet unique qui serait le seul habileté à traiter de la création des entreprises, le CRI est un élément incontournable malgré un statut souvent pas assez délimité par rapport aux autres administrations. Sur les 7683 entreprises à voir le jour à Casablanca depuis août dernier, plus de 1546, soit 20% du total, sont passés par le centre. C’est encore loin du guichet unique, lequel doit avoir pour premier client les PME-PMI, mais cela témoigne de la dynamique et des efforts menés jusque-là. Plus de 30% des entreprises créés à Casablanca sont étrangères. Par classement des entreprises, on remarque que ceux qui font le plus recours aux CRI sont les succursales et les SA. Par contre, seuls 33% des SARL constituées à Casablanca sont passés par le centre. Les statistiques montrent au niveau national que ce sont les métiers des services et des nouvelles technologies qui font le plus de demandes. Les lenteurs enregistrées parfois dans le traitement des dossiers sont souvent dues au manque de synergie entre le centre d’investissement et les autres administrations. Certaines procédures nécessitent pour leur simplification une modification des textes de lois. C’est indispensable pour éliminer certains blocages. Pour Moâd Jamai, Directeur du centre, l’objectif désormais est de mettre en place dans les années à venir un Observatoire de l’entreprise. Cela permettra au CRI de mener à bien les cinq missions qui lui sont assignées à savoir, le maintien et le développement des investissements existants, l’aide à la création d’entreprise, l’assistance aux nouveaux projets d’investissement, l’amélioration de l’attractivité de la Région aux investissements dans les secteurs à fort potentiel et enfin, la documentation et la promotion des opportunités d’investissement de la Région. Autant de missions qui passent d’abord par une définition du statut juridique et la motivation du personnel employé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *