Le CRI de Casablanca fête ses 10 ans

Le CRI de Casablanca fête ses 10 ans

Le Centre régional d’investissement de Casablanca s’apprête à souffler, en août prochain, sa 10ème bougie. Une décennie s’était, donc, écoulée en faveur de la promotion de l’investissement au niveau du Grand Casablanca. À cet effet, une rencontre a été tenue, lundi 25 juin, avec les différentes représentations économiques étrangères à la Métropole. «C’est une action qu’on mène régulièrement avec des agents économiques afin de mettre en relief les différentes opportunités d’investissement dont regorge la capitale économique», a déclaré à ALM Hamid Benlafdil, directeur général du CRI Casablanca. Bien qu’il n’ait pas été officiellement dévoilé, le bilan des 10 ans du CRI s’annonce relativement positif. À la veille de ce 10ème anniversaire, M. Benlafdil souligne qu’il reste beaucoup à faire particulièrement pour intégrer deux composantes majeures à savoir la régionalisation avancée et les stratégies sectorielles engagées par le gouvernement. Pour la prochaine décennie, les efforts seront donc orientés vers une promotion pragmatique de la région de Casablanca. Les décideurs s’ouvriront donc vers des marchés à fort potentiel notamment celui des pays d’Amérique et du Moyen-orient.
À travers la rencontre avec les représentations économiques étrangères, le CRI tend à tisser des relations de partenariat et d’identifier les besoins respectifs des deux parties en matières d’investissement. À cet effet, le CRI a choisi de mettre le point sur les différentes stratégies visant à l’amélioration du climat d’affaires et à la promotion de l’investissement dans cette région. «Nous ambitionnons l’émergence d’une véritable dynamique de croissance à la capitale économique. La particularité de cette zone fait de Casablanca une destination incontournable d’investissement et un levier économique national», a souligné, pour sa part Mohamed Boussaïd Wali du Grand Casablanca. Un avis partagé par Abdelkader Aamara, ministre de l’industrie, du commerce et des nouvelles technologies. «Les stratégies sectorielles engagées œuvrent dans cette perspective. Notre principal gage est d’accroître l’attractivité du Maroc et de l’ériger en plateforme régionale d’investissement compétitif», précise le ministre.
M.Aamara a passé en revue les principales réalisations en termes de modernisation d’infrastructures commerciales et de promotion d’investissement. Le «Plan Maroc Numeric 2013» a été à l’ordre du jour.
Le ministre a souligné que les achèvements, dans ce sens, ont permis d’atteindre les objectifs requis notamment en ce qui concerne la transformation sociale et la numérisation des services publics. De même, M.Aamara a mis l’accent sur les contributions du «Pacte émergence» en faveur de la mise en place de plates-formes solides pour un investissement durable. L’apport de ces stratégies, conclut le ministre, a permis au Maroc de gagner d’importantes places au niveau mondial notamment au niveau du classement du Doing Business qui a consacré le Maroc comme meilleur pays réformateur de la région.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *