Le CRI du Souss-Massa-Drâa tire la sonnette d’alarme

Le CRI du Souss-Massa-Drâa tire la sonnette d’alarme

La multiplication des efforts au niveau national et régional pour rehausser le secteur économique tout au long de ces dernières années, a fait de la création des offres d’emploi, via la promotion de la création d’entreprises, son fer de lance. Création d’incubateurs de projets, mise en place de facilitations pour promouvoir la création d’entreprises, les mesures prises dans ce sens sont nombreuses. Cependant, le programme «Moukawalati» a constitué l’un des projets d’envergure visant à dynamiser la création d’entreprises. La région du Souss-Massa-Drâa a constitué un modèle dans ce sens et le travail initié par le Centre régional d’investissement (CRI) a été louable. Certes, ce programme très ambitieux est aujourd’hui loin de donner les fruits escomptés. La mobilisation des fonds bancaires nécessaires est loin d’être une simple affaire pour les porteurs de projets. Les blocages que rencontrent les dossiers présentés pour la mobilisation de fonds bancaires dans le cadre de ce programme se font de plus en plus rares.
Et c’est le Conseil régional d’investissement du Souss-Massa-Drâa qui tire la sonnette d’alarme. Les réunions avec les différents représentants des institutions bancaires se sont multipliées pour remédier à la situation au sein du CRI. Cependant, la situation demeure aujourd’hui alarmante. Du côté des institutions bancaires, la cause évoquée est le manque de réactivité de la Caisse centrale de garantie dans le recouvrement de la caution de garantie. Rappelons dans ce cadre que le crédit «Moukawalati» est garanti à hauteur de 85% par la Caisse centrale de garantie. Une décision qui se voulait incitative dans la promotion de ce programme, mais aussi dans l’incitation à la création d’entreprise.
La situation paraît aujourd’hui très critique surtout quand on note que la même région a été classée dans le rapport du «Doing Business au Maroc» en première place en matière de recouvrement de créance voire en matière de performance de création d’entreprises. Le même rapport avait mis en exergue l’efficacité au niveau de la région en matière de résolution des litiges commerciaux et où le délai de création d’entreprise est le plus court. La région saura-t-elle conserver la même place dans les conditions actuelles? Il est à noter que plusieurs décisions ont été adoptées depuis le lancement du programme «Moukawalati» pour donner un coup de relance. Citons dans ce cadre la multiplication des guichets au niveau de la région, les facilitations adoptées dans les délivrances des autorisations nécessaires mais aussi en matière de l’acceptation des postulants ayant le niveau fondamental. En pilier économique, la région regorge d’opportunités d’investissement et de potentiels à la fois humains et naturels capables de booster la région en pôle stratégique, mais sans l’adhésion de toutes les institutions. Cet essor longuement escompté serait en jeu.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *