Le déficit budgétaire atteint les 4,4 milliards de dirhams à fin mars

Le déficit budgétaire atteint les 4,4 milliards  de dirhams à fin mars

Au moment où il se situait autour de 11,2 MMDH au 1er trimestre 2016

Le déficit budgétaire se résorbe au premier trimestre de l’année.  Il est évalué à 4,4 milliards de dirhams à fin mars 2017 contre 11,2 milliards de dirhams à la même période de l’année précédente. L’écart est calculé sur la base des recettes encaissées et des dépenses émises. Selon les dernières statistiques des finances publiques dévoilées par la Trésorerie générale du Royaume (TGR), les recettes ordinaires ont connu une hausse de 9% s’établissant à fin mars autour de 59 milliards de dirhams contre 54,1 milliards de dirhams une année auparavant. Cette progression provient de la hausse de 3,6% des recettes douanières, de 11,9% de la fiscalité domestique ainsi que de la baisse de 7,5% de la Taxe intérieure de consommation (TIC) sur les tabacs manufacturés.

Le troisième mois de l’année a été par ailleurs marqué par la progression de 13,3% de la TVA à l’intérieur. Elle s’est ainsi consolidée de 625 millions de dirhams. Notons qu’à fin mars 2016 la TVA à l’intérieur avait enregistré une baisse de 12,4% par rapport à son niveau à fin mars 2015 perdant ainsi 668 millions de dirhams de sa valeur. «Les recettes de la TVA à l’intérieur tiennent compte de remboursements pour un montant de 1,693 milliard de dirhams à fin mars 2017 contre 2,1 milliards de dirhams à fin mars 2016», explique la TGR. Les recettes non fiscales se sont appréciées de 15,9%. La TGR explique cette progression par la hausse des recettes de monopoles étant passées de 142 millions de dirhams à 743 millions de dirhams à fin mars 2017. Les  versements par les comptes spéciaux du Trésor  (CST) au profit du budget général  ont également connu une nette croissance. Ils se sont hissés à 620 millions de dirhams contre 300 millions de dirhams. Par ailleurs, les dépenses ont affiché une hausse de 1,2%. Cette amélioration résulte de l’augmentation de 86,8% des émissions de la compensation et de 0,1% des dépenses de biens et services. Les dépenses d’investissement émises ont grimpé de 3,7%, passant de 20,3 milliards DH à fin mars 2016 à 21,1 milliard DH à fin mars 2017.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *