Le dernier-né du groupe Accor

Sept mille chambres. Tel estl’objectif que le groupe Accor s’était fixé depuis son implantation, il y a cinq ans, au Maroc. Une stratégie de développement établie sur 10 ans continue à nos jours. Même si le nombre de chambres, toutes catégories d’hôtels confondues, n’en est qu’à 2.977 et malgré une baisse de régime accusée cette année, le groupe n’en reste pas moins fidèle à ses objectifs initiaux. L’ouverture, en juin dernier, de Sofitel Marrakech, confirme ce constat.
A l’image de tous les Sofitel de la chaîne, il s’agit d’un hôtel de luxe, situé en plein centre de la Médina. Il dispose de 260 chambres, dont 62 suites, trois restaurant ainsi que des salles de conférence pouvant abriter quelque 200 personnes. Une extension de 90 chambres sera réalisée d’ici 2004 et portera la capacité d’accueil à 350 chambres. Avec ce nouvel investissement, le nombre d’hôtels que gère le groupe, à travers la société d’exploitation RISMA, passe à 21, répartis en quatre catégories : Sofitel (au nombre de 6), les hôtels Mercure Almohades(4), les Coralia Clubs (2) et les hôtels Ibis Moussafir (9). Le volume global d’affaire qu’Accor a réalisé au Maroc en 2001 a été de 450 millions de dirhams. Répercussions du 11 septembre obligent, une baisse de ce chiffre était à craindre. C’est en effet ce qui s’est passé à Fès qui a subi un véritable effondrement des touristes américains (-76%). Un fait qui a été derrière le recul de l’activité du Sofitel Palais Jamaï de la ville. Le nombre des Marocains a y avoir pris une chambre a, par contre, connu une hausse de 9% par rapport à 2001. Si tel était le cas dans la capitale spirituelle du pays, c’est à Essaouira que Sofitel a enregistré le plus de succès.
Le Sofitel Royal Golf d’El Jadida promet également du succès cette année. Idem pour Sofitel Thalassa Marina, dont la clientèle a doublé en l’espace d’une année pour représenter 60%de taux d’occupation.
Accor doit également son salut pendant l’exercice 2002 à l’hôtellerie économique. La chaîne Ibis Moussafir s’entend. De tous ses segments, c’est à travers Ibis que Accor a maintenu son chiffre d’affaires global au même niveau que celui de l’année précédente. Le taux d’occupation de cette chaîne s’est situé autour de 65%, dont plus de la moitié (60%) est constituée par la clientèle marocaine. Le chiffre d’affaires de ce segment a été de près de 500 millions de dirhams. Soit une augmentation de 18%.
S’il y a un segment qui se porte le moins bien, ce serait celui des clubs qui connaît cette année des résultats mitigés. Alors qu’à Marrakech, le Palmariva présente des résultats probants, les deux clubs d’Agadir accusent une baisse de plus de 12% du chiffre d’affaires. Mais globalement, Accor reste l’une des rares enseignes hôtelières à ne pas avoir connu cette vague d’érosions qui a régné sur le pays.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *