Le développement par la région

La mise en place du régime des centres régionaux d’investissement, lancée le 9 janvier de cette année, a permis à toutes les ardeurs de se déclencher. La région d’Agadir et notamment la ville est le socle de la première structure abritant le premier centre régional d’investissement du pays.
Les acteurs de l’activité économique sous toutes ses facettes entreprennent au-delà d’une réflexion commune, un ensemble de mesures de sensibilisation à travers des journées d’études, séminaires et tables rondes. La confédération générale des entreprises marocaines (CGEM) n’a pas été en reste. Jeudi dernier, avec pour panel le président de la confédération Hassan Chami, le ministre de l’Intérieur Driss Jettou et des experts du Bureau International du Travail (BIT), les débats ont porté sur la régionalisation et le développement local.
Un accent particulier a été mis sur le « rôle des associations professionnelles » dans l’élaboration des politiques et des instruments de développement, sur la base des directives de la lettre royale. Par ailleurs, le nouveau concept d’autorité locale et économique des walis a renforcé la décentralisation des prises de décisions, ont souligné les participants. A travers cette démarche, les collectivités locales bénéficieront désormais de plus larges prérogatives. Ce qui se manifestera par le biais de la prochaine réforme du système fiscal, les entités administratives locales étendront leur champ d’intervention en s’émancipant progressivement du joug de l’autorité centrale. Il faut dire que chaque rencontre entre des représentants des secteurs économiques, quelle que soit l’occasion, les discours portent sur le système des centres régionaux d’investissement.
En effet, la dernière réunion en session ordinaire de la chambre de commerce, d’industrie et de services d’Agadir pour l’exercice 2002, a également été l’occasion pour le wali de la région Souss-Massa-Draâ et gouverneur de la préfecture d’Agadir Ida Outanane, Mohamed Ali Ghannam, de rappeler les mécanismes des structures destinées à attirer les investissements.
En dehors des prérogatives initiales du guichet d’aide à la création d’entreprises et celui d’aide aux investisseurs, cette dernière cellule se voit attribuer d’autres compétences. Ainsi, comme l’a précisé le wali de la région d’Agadir, « le système d’information géographique sera un outil indispensable dans ce deuxième guichet, un outil d’information et d’orientation au service de l’investisseur ».
Différentes commissions s’occupent actuellement de l’efficacité de cette opération. Elles s’intéressent à l’industrie, aux infrastructures, aux services, affaires financières, formation et communication, le commerce intérieur et les relations extérieures. Un allégement des procédures à travers la spécialisation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *