Le dollar faible coûte cher aux banques centrales

Selon le quotidien allemand Handelsblatt paru lundi, la Banque centrale européenne (BCE) a doublé ses pertes l’an dernier à au moins un milliard d’euros, en raison principalement de la glissade du dollar face à l’euro sur le marché des changes.
La devise européenne a gagné l’an passé quelque 16% par rapport au billet vert. La dépréciation de la monnaie américaine, dans laquelle sont libellés les trois quarts des avoirs en devises de la BCE (notamment des bons du Trésor américains), a obligé l’institut d’émission à passer 1,6 milliard d’euros de dépréciations comptables, indique le quotidien économique allemand. En plus d’effets de change négatifs, l’institut de Francfort a été affecté par le niveau historiquement bas dans le monde des taux d’intérêt, qui réduit les rendements sur ses placements. Si les chiffres sont confirmés, il s’agira de la troisième perte de la BCE au cours de sa jeune existence, après un trou de 247,3 millions d’euros en 1999. En 2002, elle avait encore dégagé un bénéfice de 1,22 milliard d’euros. La Banque centrale allemande avait déjà reconnu vendredi dernier que son bénéfice en 2004 avait été réduit à néant par des effets de change.
La baisse du dollar avait déjà fait fondre le résultat de la Bundesbank en 2003 à son plus bas niveau en dix-sept ans, soit 248 millions d’euros. La dépréciation de la devise américaine, qui représentait à la fin 2003 près de 64% des réserves officielles de changes dans le monde, selon le Fonds monétaire international, pourrait à terme renforcer un peu le rôle de l’euro.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *