Le droit d’importation de blé tendre passe de 90 à 135%

Le droit d’importation de blé tendre passe de 90 à 135%

Un nouveau projet de décret révisant le droit d’importation de blé tendre a été adopté, mercredi 5 mai 2010, à Rabat par le Conseil de gouvernement. Ce projet vise à protéger la production nationale et garantir une commercialisation normale de blé tendre en portant le droit d’importation de cette matière de 90 à 135% à partir de juin 2010. Cette conclusion vient à la suite d’un exposé présenté par Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime au nom du ministre de l’économie et des Finances. Selon Khalid Naciri, ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, il ressort de cette présentation que «les prix des céréales sont à leur plus bas niveau, en raison de l’abondance de l’offre, surtout que les principales zones de production ont enregistré de très bonnes campagnes agricoles». Et de poursuivre qu’«à la lumière des données du marché international, le coût d’importation de blé tendre oscille entre 225 et 270 dirhams le quintal». La saison agricole 2009-2010 donne un nouvel élan au secteur. D’ailleurs, M. Akhannouch l’a qualifiée, lors des 3ème Assises de l’agriculture, en tant qu’une année de décollage. En effet, cette saison a été marquée par des productions record dans l’ensemble des filières, une forte mobilisation des agriculteurs favorisée par une pluviométrie importante (93% de remplissage des barrages), une dynamique d’investissement soutenue et une poursuite et accélération des réformes structurelles. Le ministre de l’Agriculture avait souligné lors des Assises que «toutes les filières ont vu leur contribution au PIB augmenter durant l’année 2009». C’est le cas notamment de la filière végétale à haute valeur ajoutée (+20%), des filières céréalières (+65%) et des filières animales (+8%). Par ailleurs, les investissements dans le secteur agricole ont connu une dynamique soutenue durant cette année, dans la mesure où ils ont atteint un volume de 10,5 milliards de dirhams. La dynamique de développement enclenchée sera accélérée durant l’année 2010, avec la poursuite des réformes structurelles et le renforcement des investissements, la refonte du Fonds de développement agricole et le maintien de la dynamique d’investissement à travers la mobilisation de 30.000 ha par an des terres privatisables.Il sera également procédé en 2010 au lancement de 112 nouveaux projets, à la mise en place d’un programme ambitieux de valorisation des produits biologiques et de terroir et l’élaboration d’un vaste programme d’irrigation.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *