Le FDR : Mode d’emploi

Le FDR : Mode d’emploi

La structure retenue pour le Fonds de développement régional (FDR) partagera son actionnariat entre le Conseil régional du Souss Massa Draâ, les institutionnels financiers, les opérateurs locaux et éventuellement le secteur privé de la région autonome des Canaries. Les organes de contrôle et de consultation seront assurés par le comité des sages ainsi que celui de l’investissement.
Destinée à donner son avis sur les propositions d’investissement et de désinvestissement présentées par la société de gestion, la composition du comité d’investissement sera déterminée par les promoteurs du fonds et associera les autres investisseurs.
De son côté, le comité des sages fera office d’un comité d’orientation et de surveillance composé de représentants du conseil régional et d’opérateurs de renom de la région. Il veillera à la bonne gouvernance de la société de gestion, contrôlera les orientations stratégiques du fonds et résoudra d’éventuels conflits d’intérêt entre investisseurs du fonds.
Côté gestionnaire, il est initialement prévu de confier la gestion du fonds à des financiers, sélectionnés pour leur degré de compétence et d’implication dans le projet.
Leur rôle sera de sélectionner les investissements, d’assurer le suivi des participations et de veiller à la réalisation des investissements. Ces missions devront être accomplies dans le respect des recommandations du comité d’investissement. Comme précisé par le plan stratégique, les principales opportunités d’investissement sont à chercher du côté du tourisme et du transport aérien.
Le projet Taghazout en est le coeur de cible. La création de compagnies charter locales est prévisible. La micro-industrie du service touristique à travers des activités sportives et de plein air, des activités culturelles, excursions touristiques, transport local, restauration et activités nocturnes, gagnent à voir le jour.
Le plan a aussi retenu les activités de sport fonctionnel : outils de promotion et de distribution des produits/services touristiques, création d’un site commun dédié aux activités touristiques de loisirs, valorisation des sites pouvant êtres exploités ou faisant l’objet d’un aménagement particulier en vue d’une exploitation future, ont été recensés. Pour le volet agricole, les investissements à consentir se feront autour de l’Agrotech.
Ainsi, les entreprises spécialisées dans le développement de services et techniques agricoles et de services aux producteurs agricoles sur les marchés des produits phytosanitaires, fertilisantes, semences et équipements et services agricoles auront la priorité.
Par contre, les investissements dans le secteur de la pêche iront à la logistique (entrepôt frigorifique, camion isotherme, centre de distribution aménagé, aux infrastructures portuaires (halles modernes, chantiers navals et autres, et à la qualité/certification (label de qualité basé sur la provenance du poisson). La priorité sera accordée à l’immobilier touristique ainsi qu’au logement social.
Toutefois, le secteur de cinéma bénéficiera d’un traitement de choix. La production d’accessoires et de décors, les services de maintenance, les agences de casting ainsi que les services de cascadeurs professionnels et autres, sont autant de métiers porteurs pour la région.
Côté chiffres, la taille du fonds est initialement de 200 MDH, pouvant évoluer jusqu’à 500 MDH, à libérer concomitamment aux innervations du fonds.
Les investisseurs ciblés sont autant des institutionnels marocains qu’étrangers. La participation dans les projets sera de 20 % à 30 % du capital du capital et exceptionnellement la majorité du capital dans la limite de 60 %, ces participations devront êtres assorties d’une option de vente.
La taille minimale de la participation est de 100.000 DH, alors que la maximale sera de 10.000.000 DH. L’objectif de rentabilité a fixé un seuil de 10%.
Il faut toutefois signaler que la région du Souss Massa Draâ a mis en place une charte d’investissement visant à soutenir les initiatives locales à travers l’investissement dans certains projets contribuant au développement de la région.
De ce fait, cette charte peut constituer un cadre à même de régir le Fonds de développement régional.
Elle comprend une liste de critères de sélection pouvant s’appliquer aux porteurs de projets.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *