Le FIRO, un incubateur de projets à fort potentiel

Le FIRO, un incubateur de projets à fort potentiel

Dans le but de créer un tissu de PME ouvert au capital d’investissement et de l’accompagner en terme d’étude et de faisabilité, le Fonds d’investissement de la région de l’Oriental prône une approche multiple pour dynamiser l’entreprise locale. Il ambitionne de positionner l’entreprise locale par rapport à l’ensemble des plans de développement pour lui assurer la notoriété requise afin de conquérir les marchés nationaux et internationaux. En termes de couverture, le FIRO cible toute la région orientale et se veut incubateur pour l’ensemble des projets de croissance dans une perspective dynamique de développement. «C’est dans une dynamique de consolidation des opportunités d’investissement et d’investisseurs que nous avons conclu trois actions d’envergure au cours de cet été», a précisé Abdelkrim Mehdi, directeur général du FIRO, et d’ajouter : «Conformément à la stratégie nationale du Plan Vert Maroc, nous avons procédé à la signature d’un pacte d’actionnaires avec Mon-Lait société basée à Berkane au capital de 4 MDH opérant dans l’industrie laitière, cette société s’oriente vers une extension de sa capacité de production moyennant une sécurisation de son approvisionnement, et une forte valorisation de ses produits». Par ailleurs, un protocole d’accord a été signé avec la société Océan-Farm pour l’accompagner dans la réalisation d’un projet d’environ 100 MDH, dans le secteur de l’aquaculture à Ras Elma (province de Nador), avec comme objectif en terme de rentabilité sociale la création de 100 emplois. Aussi, et s’inscrivant dans la nouvelle approche visant la promotion des énergies renouvelables, le FIRO a procédé, par ailleurs, à la signature d’un protocole d’intention avec la société Set-Atlas pour l’accompagner dans un projet d’environ 300 MDH concernant l’industrie du photovoltaïque, prévu dans le Kyoto parc de la future technopole d’Oujda, avec un objectif de création de 200 emplois.
«Le fonds d’investissement a réussi dans cette tâche malgré les difficultés inhérentes aux entreprises familiales qui ont un capital fermé. Il a opéré selon trois niveaux : régulariser, convaincre et institutionnaliser», précise une note explicative tout en rappelant qu’il fallait surtout instaurer la culture du capital confiance à travers des visites régulières et des discussions sur les nouvelles stratégies entrepreneuriales.
D’autant plus, que l’apport du FIRO est perçu par l’ensemble des actionnaires comme un gage de crédibilité et de transparence pour la PME dans sa quête de mise à niveau par rapport aux standards internationaux. Concernant la l’apport organisationnel du FIRO, il se présente comme suit : Contribution à l’identification des forces et faiblesses de l’entreprise, ses opportunités et ses projets de développement ; Amélioration de l’assise financière de l’entreprise et de ses ratios financiers ; Mobilisation des ressources humaines pour créer une dynamique de croissance au sein de l’entreprise et contribution à la mise en place des fonctions supports (tableau de bord , systèmes d’information , reporting…).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *