Le FMI donne son approbation : Une nouvelle Ligne de précaution et de liquidité d’environ 3 milliards de dollars pour le Maroc

Le FMI donne son approbation : Une nouvelle Ligne de précaution et de liquidité d’environ 3 milliards de dollars pour le Maroc

Une nouvelle ligne crédit pour le Maroc. Le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé, lundi 17 décembre, un accord sur deux ans en faveur du Royaume et ce au titre de la Ligne de précaution et de liquidité (LPL).

Cette ligne est d’environ 3 milliards de dollars, soit un montant de 2,1508 milliards de droits de tirage spéciaux (DTS). L’accès au titre de l’accord pendant la première année sera équivalent à 1,25066 milliard de DTS, soit l’équivalent de 1,73 milliard de dollars, ou 140 % de la quote-part. Le nouvel accord offrira une assurance contre les chocs extérieurs et appuiera les efforts déployés par les autorités pour continuer de renforcer la résilience de l’économie et promouvoir une croissance plus élevée et plus inclusive.

«Le Maroc a accompli des progrès considérables dans la réduction de sa vulnérabilité intérieure au cours des dernières années. La croissance est restée robuste en 2018 et devrait s’accélérer progressivement à moyen terme, sous réserve d’une amélioration des conditions extérieures et d’une exécution soutenue des réformes», relève-t-on de Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint du FMI et président par intérim du conseil d’administration. A l’instar des accords précédents, les autorités ont l’intention de considérer ce nouvel accord comme un accord de précaution. Le premier accord LPL en faveur du Maroc date d’août 2012 et portait sur un montant de 4,1 milliards de DTS (environ 6,2 milliards de dollars). Le deuxième a été approuvé une année après, soit un montant de 3,2 milliards de DTS qui équivaut à 5 milliards de dollars au moment de l’approbation de l’accord. Le troisième accord LPL tournait autour d’un montant de 2,5 milliards de DTS (environ 3,5 milliards de dollars).

Cette ligne a été approuvée le 22 juillet 2016. Pour rappel, la Ligne de précaution et de liquidité a été mise en place en 2011 afin de répondre de manière plus souple aux besoins de liquidité de pays membres qui affichent des paramètres fondamentaux sains et un bilan solide en matière d’exécution de la politique économique, mais qui restent vulnérables à certains égards.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *