Le G7 s’engage à annuler la dette d’Haïti

Le G7 s’engage à annuler la dette d’Haïti

Les pays du G7 «vont annuler» toute la dette bilatérale d’Haïti, victime d’un séisme dévastateur le 12 janvier, a déclaré le ministre canadien des Finances Jim Flaherty à Iqaluit (Canada). «Le G7 va annuler toute la dette bilatérale d’Haïti», a déclaré M. Flaherty au cours d’une conférence de presse commune à l’issue d’une réunion informelle des ministres des Finances du G7 dans cette ville du Grand Nord canadien. La dette d’Haïti à l’égard de ce groupe de sept pays parmi les plus riches de la planète (Etats-Unis, Canada, France, Allemagne, Grande-Bretagne, Italie et Japon) était déjà relativement faible. De plus, le Club de Paris, groupe informel d’Etats créanciers dont font partie tous les pays du G7, s’était engagé en juin à annuler la totalité de la dette d’Haïti vis-à-vis de ses membres, soit 214 millions de dollars. Parmi eux, la France, qui envisageait initialement des «annulations progressives et conditionnelles», avec des «contrats de désendettement et de développement», a annoncé en janvier après le séisme qu’elle annulerait sans condition les 58 millions d’euros qui lui sont dus. La dette extérieure totale d’Haïti s’élève à environ 890 millions de dollars, dont 41% auprès de la Banque interaméricaine de développement et 27% auprès de la Banque mondiale. Les pays qui ne sont pas membres du Club de Paris ont été appelés à suivre, principalement le Venezuela et Taïwan. Le directeur général du Fonds monétaire international, Dominique Strauss-Kahn, et le président de la Banque mondiale, Robert Zoellick participaient à la réunion d’Iqaluit. Ces deux institutions, qui coordonnent une réduction de la dette haïtienne auprès des organisations financières internationales, ont appelé à faire un effort supplémentaire pour annuler la dette restante.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *